Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 janvier 2009 2 27 /01 /janvier /2009 19:31

Le texte de cette romance cosaque est issu d’un poème de A. Maltchanov, il fut écrit en 1838, à l’époque des guerres caucasiennes, sur le « Selistrïa, » navire amiral de la flotte de la mer noire, aussi il est probable que Maltchanov était un officier de marine. Des bruits courent disant que l’officier poéte mourut lors d’un débarquement en Abkhazie.

La musique fut composée en 1840, par Nicolaï Devitté.Il existe plusieurs versions textuelles de cette romance. Ainsi le fleuve Don est souvent remplacé par d’autres noms de fleuves tel le Boug, ou le Danube (chez les russes de Bessarabie.)

 

Ce n’est pas pour moi
Не для меня

 

Казачий романс
romance cosaque

 

Ce n’est pas pour moi que viendra le printemps,

Ce n’est pas pour moi que le Don débordera,

Et le cœur d’une fille se mettra à battre follement,

Exultant de sentiments – ce n’est pas pour moi.

 

Ce n’est pas pour moi que se lèvera la lune,

Eclairant, dans les vallées, les bois,

Et un rossignol accueillant le printemps ;

Chantera là-bas, mais ce ne sera pas pour moi.

 

Ce n’est pas pour moi que bruissent les ruisseaux,

S’écoulant en flots de diamant,

Là-bas, il y a une fille aux sourcils noirs,

Elle grandira, mais pas pour moi.

 

Ce n’est pas pour moi que viendra Pâque,

La parenté se rassemblant autour de la table,

« Christ est ressuscité ! » des lèvres, se déversera,

Le jour de Pâque – ce n’est pas pour moi.

 

Ce n’est pas pour moi que fleurissent les fleurs,

Que la rose, sa couleur odorante, épanouira,

Tu cueilles une fleur, et elle se fane,

Cette sorte de vie n’est pas pour moi.

 

Pour moi, il y a un bout de plomb,

Il s’enfoncera dans mon corps blanc,

Et des larmes amères couleront :

Telle est la vie, frère, qui m’attend.

 

Traduction : Sarah P. Struve

 

Pour aller plus loin: Un blog sur le monde cosaque

Partager cet article

Repost 0
Published by stengazeta.over-blog.com - dans Chansons cosaques
commenter cet article

commentaires

Frédéric André 11/08/2010 21:20


Mon épouse dirait «gruzniï piesna» - si j'ai bien compris. Moi, chaque fois que je l'écoute (et la première fois, c'était à concert du groupe «Trin Trava» en Belgique), cette chanson me donne à la
fois la chaire de poule (exactement comme quand j'écoute «V stavat' strana agromnaya») et envie de pleurer. Est-ce vraiement une chanson triste ? Oui, si la lucidité peut créer la tristesse. Mais,
mon Dieu, ce qu'elle est belle !


Présentation

  • : STENGAZETA - ПАРИЖСКАЯ СТЕНГАЗЕТА
  • STENGAZETA - ПАРИЖСКАЯ СТЕНГАЗЕТА
  • : Le mot « Stengazeta » est un acronyme voulant dire « journal mural ». Stengazeta de Paris publie des traductions de chansons russes contemporaines et/ou populaires, ainsi que des articles d'opinions. Il m’a semblé utile, de faire percevoir à travers ce blog, la Russie et ses cultures, hors du prisme propagandiste et réducteur que véhiculent les pouvoirs politiques, économiques & médiatiques occidentaux. S. P Struve
  • Contact

Ruski tchas

 

Recherche

Catégories