Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mai 2010 1 03 /05 /mai /2010 08:37

PetersburskiNombre de chansons soviétiques parlant de la Grande Guerre Patriotique, ont souvent été écrites dans l’après guerre. « Le fichu bleu » est une chanson qui accompagna vraiment, tant les soldats de l’armée rouge durant leur combat contre l’envahisseur nazi, que les gens de l’arrière, parents de soldats et travailleurs des usines produisant l’armement destiné au front.

L’auteur de la musique de cette chanson, Jerzy Petersburski (1895 - 1979) était un compositeur polonais, connu également comme l’auteur de la célèbre valse «Последнее воскресенье – le dernier dimanche» en polonais «Tо ostatnia niedziela», valse qui résonne dans le film de Mikhalkov, « Soleil trompeur ».

D’après une première version, après le partage de la Pologne en 1939, Jerzy Petersburski s’est retrouvée dans la ville de Bialystok rattachée à la République Socialiste Soviétique de Biélorussie et, vers la fin de la même année, il prit la direction de l’orchestre républicain biélorusse de jazz.

D’après une autre version, se sauvant de l’occupant nazi, en 1939, les musiciens du groupe musicale polonais « le jazz bleu ciel » ont rejoints l’Union Soviétique. Ce groupe était animé par Henri Gold et son cousin, Jerzy Petersburski.

En 1940 l’orchestre était en tournée à Moscou. Il joua notamment au théâtre de l’Ermitage. Parmi les différents morceaux que jouait l’orchestre, résonnait une valse composée par Jerzy Petersburski. Dans la salle du théâtre, se trouvait le poète et dramaturge Yakov Galitski. Il jeta là, sur une feuille, les premières strophes du poème « Le fichu bleu » Le texte plut particulièrement à Petersburski et, quelques jours plus tard, le poème de Galitski était interprété par le soliste de l’orchestre, Stanislav Landau.

Tu parts loin / Voilà le sifflet implacable / Et prés du wagon / une nuit sans sommeil / Tu es déjà étrangement loin / Nuitamment / Nous nous sommes dits adieu. / Ecrits moi, mon ami / au moins quelques lignes / mon doux, mon gentil, mon aimé…

Cette chanson est vite devenue un véritable tube à la mode. Nombre d’artistes connus, telle Lidia Rouslanova, l’interprétaient.

Durant cette même période la célèbre chanteuse Klavdia Chulzhenko et son accompagnateur, Vladimir Koralli, avec leur jazz-band, donnaient des concerts parmi les unités combattantes. En février 1942 ils étaient en tournée sur le front du Volkov, prés de Leningrad. Un jour l'artiste et son ensemble se produisaiten dans l'unité de la Garde du général N. Gaguen sur la légendaire « Route de la vie » qui traversait le lac Ladoga. Elle y fit connaissance avec le lieutenant Mikhaïl Maximov., collaborateur du journal de front de cette unité: “En un combat décisif“. Il décrivit plus tard cet événement : « Ayant appris que j'écrivais des vers, Chulzhenko m'a demandé d'écrire un nouveau texte sur la mélodie de Petersburski. Elle trouvait que la Chanson était populaire, la mélodie agréable, mais qu’il était nécessaire que les paroles reflètent notre combat contre le fascisme“.

route de la vie

Maximov, modifia une partie des strophes du poème déjà célèbres de Galitski. Son texte fut publié le 8 juin 42, en page deux du N°101 du journal de front “Pour la patrie ! “ Le texte était signé « Lieutenant M. Maximov ». C’est dans cette version que Klavdia Chulzhenko continua à interpréter cette valse. C’était, alors l’époque où l’armée rouge résistait sous les coups de boutoir de l’armée allemande. L’atmosphère était particulièrement angoissante, la situation extrême. La direction du pays appliquait des méthodes particulièrement dures. À l’époque il était facile d’accuser n’importe qui de lâcheté. Reculer était interdit. D’un côté du front tiraient l’ennemi, de l’autre, c’étaient les siens qui fusillaient : Staline avait donné cette directive devenue célèbre « Pas un pas en arrière ! » Et là, parmi les slogans patriotiques, les marches militaires, apparurent à tous ces soldats qui s’affrontaient au jour le jour avec la mort, les paroles simples et lyriques de cette valse/chanson. « Le fichu bleu » devin le symbole de la vie. Très vite elle fut gravée sur disque, ce qui lui permit d’être entendue sur les milliers de kilomètres de front, de la frontière finlandaise, jusqu’aux sommets du Caucase.

 

« Le fichu bleu » devint le symbole de la Grande Guerre Patriotique. Cette chanson accompagna l’armée rouge jusqu'au combat final, la bataille de Berlin, où au côté des soldats soviétiques se trouvaient, seules soldats étrangers, 155 000 soldats polonais qui participairent à cette bataille de Berlin qui mit un point finalf à la deuxième guerre mondiale en Europe.

Voici deux vidéogrammes de cette chanson.

- Le premier est extrait du film du cinéaste N. Slutski « Concert au front » datant de 1942, où Klavdia Chulzhenko l’interprète.

- Le second vidéogramme reprend un clip sur cette chanson d’Ani Lorak, une chanteuse populaire ukrainienne.

______________________

Синий, платочек
Le fichu bleu

Musique: Jerzy Petersburski - Paroles: Y Galitski / M. Maximov

 

 

Un discret fichu bleu
Tombait de tes épaules affaissées.
Tu disais que tu ne saurais oublier
Nos rencontres affectueuses et gaies.
Parfois de nuit
Nous nous disions adieu.
De ces nuits, Il n’y en a plus!
Où es-tu petit fichu,
Désiré, doux et tellement familier ?
Je me rappelle, comme un soir inoubliable
Le petit fichu, de tes épaules, tombait
Et me raccompagnant, tu me promettais
Que ce fichu bleu, tu saurais le conserver.
Et même si tu n’es pas,
Ma douce, mon aimée, avec moi,
Au chevet de ton lit, je sais,
Tu caches le fichu bleu.
Recevant tes lettres,
J’entends la présence de ta voix.
Et d’entre les lignes le fichu bleu
À nouveau, apparait devant moi,
Et souvent au combat
Ton visage est tout près de moi,
Je sens à côté, ce regard aimant,
Tu es avec moi tout le temps.
De doux propos,
Des épaules de jeunes filles
Je m’en souviens dans l’effroi du combat.
Pour eux, tellement proches,
Désirés et tant aimés,
Tiraille le mitrailleur, pour le petit fichu bleu,
Celui qui était sur les épaules adorées !

Traduction : Sarah P. Struve

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : STENGAZETA - ПАРИЖСКАЯ СТЕНГАЗЕТА
  • STENGAZETA - ПАРИЖСКАЯ СТЕНГАЗЕТА
  • : Le mot « Stengazeta » est un acronyme voulant dire « journal mural ». Stengazeta de Paris publie des traductions de chansons russes contemporaines et/ou populaires, ainsi que des articles d'opinions. Il m’a semblé utile, de faire percevoir à travers ce blog, la Russie et ses cultures, hors du prisme propagandiste et réducteur que véhiculent les pouvoirs politiques, économiques & médiatiques occidentaux. S. P Struve
  • Contact

Ruski tchas

 

Recherche

Catégories