Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 décembre 2008 6 13 /12 /décembre /2008 21:14

Jeanna Bitchevskaïia est née le 17 juin 1944 à Serguïev Possad, ville faisant partie de « l’anneau d’or.» Jeanna fit des études artistiques et musicales à l’école d’Etat d’art du cirque et d’interprétation musicale. Durant ses études, elle commença à rassembler et à enregistrer des chants populaires russes, parallèlement elle donnait des cours de guitare. Jeanna appelle son style musicale "country folk russe" Jeanna Bitchevskaïa s’est tournée depuis vers la religion orthodoxe et interprète des chants d’inspiration religieuse, dont certain textes du père Roman.

 

dergueiev-possad.jpg

Dans se vidéogramme datant des années 80 du siècle précédant, Jeanna Bitchevskaïa interprète une vielle chanson de mariage cosaque. « Le long du Don » Comme souvent, pour les chansons populaires, il existe plusieurs versions du texte. Cette variation et liberté des paroles, est du à la transmission orale et à la liberté des artistes qui interprètent ses chansons. Le texte que nous donnons est la traduction de la version classique de cette chanson. La façon dont J. Bitchevskaïa la chante se différencie dans la construction du texte, non dans son sens.

________________________

Донская балада  / Ballade du Don

(chanson populaire)

Le long du Don se promène, le long du Don se promène,
Le long du Don se promène un jeune cosaque.
Le long du Don se promène un jeune cosaque.

Une jeune fille pleure, une jeune fille pleure,
Une jeune fille pleure au dessus du fleuve rapide
Une jeune fille pleure au dessus du fleuve rapide

Pourquoi pleures-tu jeune fille, Pourquoi pleures-tu jeune fille,
Pourquoi pleures-tu jeune fille, Pourquoi verse tu des larmes ?
Pourquoi pleures-tu jeune fille, Pourquoi verse tu des larmes ?

Comment ne pas pleurer, comment ne pas pleurez,
Comment ne pas pleurer, comment ne pas verser d’amères larmes ?
Comment ne pas pleurer, comment ne pas verser d’amères larmes ?

Une Tsigane m’a lue l’avenir, une Tsigane m’a lue l’avenir,
Une Tsigane m’a lue l’avenir, me prenant par la main.
Une Tsigane m’a lue l’avenir, me prenant par la main

Jamais tu ne seras, jamais tu ne seras,
Jamais tu ne seras une femme mariée.
Jamais tu ne seras une femme mariée.

Tu te noieras ma fille, tu te noieras ma fille,
Tu te noieras ma fille, le jour de tes noces.
Tu te noieras ma fille, le jour de tes noces.

Ne crois, ma douce, ne crois personne,
Ne crois, ma douce, qu’a moi seul.
Ne crois, ma douce, qu’a moi seul.

Allons nous fiancer, je construirai un pont,
Je construirai un pont long de milles verstes.
Je construirai un pont long de milles verstes.

Voila que j’entends les pontonniers qui cornent,
Certainement, c’est la fiancée que l’on amène.
Certainement, c’est la fiancée que l’on amène.

Voila que le cheval trébuche et chute du pont,
La fiancée tombe de l’abrupte berge.
La fiancée tombe de l’abrupte berge.

Elle s’écria d’abord : - Adieu, père et mère
elle dit : - adieu, la vie
Puis elle dit : - adieu, la vie
Et la troisième fois, elle cria : - Adieux, mon ami,
Apparemment, il ne nous est pas donné de vivre ensemble.

Le long du Don se promène, le long du Don se promène,
Le long du Don se promène un jeune cosaque.
Le long du Don se promène un jeune cosaque.

Traduction: Sarah P. Struve

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : STENGAZETA - ПАРИЖСКАЯ СТЕНГАЗЕТА
  • STENGAZETA - ПАРИЖСКАЯ СТЕНГАЗЕТА
  • : Le mot « Stengazeta » est un acronyme voulant dire « journal mural ». Stengazeta de Paris publie des traductions de chansons russes contemporaines et/ou populaires, ainsi que des articles d'opinions. Il m’a semblé utile, de faire percevoir à travers ce blog, la Russie et ses cultures, hors du prisme propagandiste et réducteur que véhiculent les pouvoirs politiques, économiques & médiatiques occidentaux. S. P Struve
  • Contact

Ruski tchas

 

Recherche

Catégories