Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 août 2010 4 26 /08 /août /2010 17:13

levitanskii_yurii.jpgIouri Levitanski (1922 -1996) et né à Kozelets en Ukraine, la famille Levitanski déménage à Kiev, puis Stalino (actuellement Donetsk) Levitanski monte à Moscou en 1938 pour suivre les cours de l’Institue de philosophie, de littérature et d'histoire. Dès le début de la Grande Guerre Patriotique, Levitanski part comme soldat au front, devient officier, puis correspondant de guerre. Il commence à se faire publier dans des journaux du front, en 43. Après avoir participé aux combats contre les troupes japonaises en Mandchourie, décoré plusieurs fois, il est démobilisé en 1947. Son premier recueil de poésie « La route du soldat » est publiée à Irkoutsk en 1948. Puis viennent les recueils  « Rencontre avec Moscou » (1949), « Le plus chère » (1951), « Famille secrète » (1954), puis nombre d’autres recueils inédits en français. Il devient membre de l’Union des Ecrivains en 1957. En 1963, il publie un recueil de poèmes qu’il intitule « Le ciel terrestre », recueil qui le rend célèbre. Iouri levitanski est enterré à Moscou, au cimetière de Vagankovo.
Iouri Garine est un compositeur chansonnier contemporain. Il composa la musique de « Je brûle les ponts » en 1999.
Le vidéogramme qui illustre cette romance, a été glané sur le net. C’est la belle voix de Jeanna Bitchevskaia qui l'interprète.

__________________

Сжигаю мосты / Je brûle les ponts

Texte : Iouri Levitanski ~ Musique : Iouri Garine

L’odeur de feuilles brulées, embaume le jardin,
Adieux, je ne reviendrai plus ici,
Se consument les feuilles, le papier noircit,
Je brûle les ponts, je brûle les ponts.

S’alourdit le bras, Noircissent les feuilles,
Tel un cordon bickford, se consume la ligne,
Les arbres sont nus de leurs dernières feuilles.
Je brûle les ponts, je brûle les ponts.

Adieux, j’accomplis un renoncement rituel.
Telle de la poudre, brûlent les feuilles automnales,
Et les gouttes sur les vitres, ont la clarté des étoiles.
Je brûle les ponts, je brûle les ponts.

Je ne viendrai plus dans ce jardin,
Je m’en vais pour ne plus revenir en arrière,
Avant la précoce et verte étoile, la dernière.
Je brûle les ponts, je brûle les ponts.

Traduction : Sarah. P.  Struve

Partager cet article

Repost 0

commentaires

moustouki 22/12/2010 11:23


J'adore le russe, j'aime beaucoup cette chanson et un grand bravo pour l'interprétation, j'aime beaucoup votre timbre,merci!


Olivia Kroth 27/08/2010 13:16


Une belle chanson, un peu nostalgique,

oui, quelque fois c'est nécessaire de

"bruler les ponts" dans la vie ...

Merci de la traduction en francais,

Sarah Petrovna.

Amicalement

Olivia


Présentation

  • : STENGAZETA - ПАРИЖСКАЯ СТЕНГАЗЕТА
  • STENGAZETA - ПАРИЖСКАЯ СТЕНГАЗЕТА
  • : Le mot « Stengazeta » est un acronyme voulant dire « journal mural ». Stengazeta de Paris publie des traductions de chansons russes contemporaines et/ou populaires, ainsi que des articles d'opinions. Il m’a semblé utile, de faire percevoir à travers ce blog, la Russie et ses cultures, hors du prisme propagandiste et réducteur que véhiculent les pouvoirs politiques, économiques & médiatiques occidentaux. S. P Struve
  • Contact

Ruski tchas

 

Recherche

Catégories