Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 août 2008 5 15 /08 /août /2008 19:32

Un journaliste du canal ukrainien « Inter », témoin du conflit géorgeo-osséte, se trouvant à l’épicentre des combats, raconte ce qu’il a vécu.

1° jours et, visiblement pas le dernier

Nous avons loués une voiture à Vladikavkaz, et pour 4000 roubles russes nous sommes arrivés à Tskhinvali Nous avons roulés plus de 4 heures. A chaque poste de contrôle on nous demandait des éclaircissements sur notre venue, nos passeports et tous nos documents. En arrivant non loin de la ville, des militaires de l’armée sud-ossétes nous ont arrêtés. Quand ils ont su que nous venions d’Ukraine, ils ont tous simplement plus voulu nous parler, nous reprochant que nos tanks et nos lance-roquettes « Grad » maintenant tuaient de paisibles civils. Ce qui nous a sauvé c’est qu’avant de partir, j’avai téléphoné à Tskhinvali et ai pu obtenir une autorisation.

Après plusieurs coups de téléphone et de longues explications, nous sommes arrivés à Tskhinvali. Le seul hôtel de la ville est dans le centre, à moins d’un demis kilomètre de la caserne des soldats de la paix, nous nous y sommes installés. Nous n’avons pratiquement pas dormis de la nuit, aux alentours grondait l’artillerie. Le matin avec le même taxi et son chauffeur, nous sommes sortis de la ville en direction du sud, pour filmer. Ce fut une grosse erreur. Un feu croisé se déclencha. De la route où était notre voiture et jusqu’au village géorgien il y avait 44 mètres. De là-bas, tiraient des BTR, les ossètes répondaient à coup de kalachnikovs.

Nous nous sommes jetés à terre et en roulant sur nous même, nous avons rampés sous les arbres ? Combien de temps, sommes-nous resté ainsi allongés, je ne sais pas. Nous comptions les impactes au dessus de nos têtes, filmant la ville et les explosions. A l’instant où il y eu une accalmie, nous nous sommes précipité vers la voiture et on a foncés. Arrivé en ville, le taxi nous a abandonné. Nous avons ccourus jusqu'à l’hôpital. Il y avait 17 blessés. Le bâtiment avait été mitraillé à l’arme automatique et au canon.

Sur la place centrale il y a un grand brouhaha, on évacue les enfants. Certains partent avec leurs parents, d’autres tout seul. Une « Gazelle » (minibus et taxi collectif) arrive, les gens se précipitent vers la voiture. Il y a plus de gens voulant partir que prévu et que peut en contenir la «Gazelle.» C’est le vice-premier ministre d’Ossétie du sud, Iouri Morosov, qui installe personnellement les enfants « 2000 enfants ont déjà eu le temps de partir, il en reste encore 1000 environs » raconte le fonctionnaire. Tout le monde attend une seconde voiture.

« Nous combattons pour la patrie »

21 h – Au poste des combattants sud-ossétes à la frontière est, pour l’instant tout est calme. De jeunes gars, soldats de dix-huit ans, montrent les trous faits dans la terre par les mortiers. Ils ont, dans leur local, une église peinte sur un mur.

« Les gars l’ont dessinés » dit Aslan. Beaucoup d’entre eux sont chrétiens et ne peuvent aller à l’église en raison des évènements militaires. Cela fait déjà trois jours qu’ils sont en faction, sans relève. « Nous combattons pour la patrie », dit Rouslan presque triste, le plus jeune parmis ses camarades, il a 18 ans.

« Et eux, ils combattent pour quoi ? La bas – montre le mitrailleur avec sa main – à 400 mètres c’est déjà le territoire géorgien. Devriez partir d’ici, les gars, cela va commencer bientôt, c’est vraiment trop silencieux.» Nous avons fait quelques prises de vue, et sommes partis. Deux heures après, ses gars là, étaient déjà tous morts.

La guerre

A 11 heures du soir, jeudi, les fusées « grad » et l’artillerie, ont commencés à frapper. Les premières roquettes sont tombées sur le territoire des unités des forces de paix unies. Juste au moment où arrivaient les journalistes ; Le commandant de la base devait annoncer quelque chose d’important. Tout le monde s’était rassemblé sur la place d’arme, et là, à trois cent mètres, une roquette et tombée sur du matériel militaire. Sous les cris des soldats, tout le monde a courut dans le bâtiment de l’état major, où dans une toute petite pièce, était assis un général fatigué.

« C’est la guerre ; la Géorgie vient de déclarer le début d’une opération militaire à grande échelle » dit Marat Koulakhmetov, responsables des forces de paix unies dont font partie les géorgiens, les ossètes et les russes. Toutefois avant le commencement du bombardement, les géorgiens avait simplement quittés leur unité. La deuxième et la troisième salve a transformée le cantonnement militaire en ruines.


Les journalistes étaient couchés par terre dans le poste de garde, lorsque les « grads » frappèrent la quatrième salve. Du verre et du plâtre se déversèrent sur les têtes. Au commandement, tout le monde se jeta vers la sortie(…) Sous une grêle d’éclats et de balles, des groupes se précipitaient à l’hôtel. J'ai rampé jusqu’au quatrième étage, dans le noir j’ai attrapé ce qui me tombai sous la main, puis je suis descendu à la cave. A Ce moment il y avait dans la cave prés de 70 personnes en y incluant des miliciens locaux.


Les « grads » ont continués à frapper jusqu‘a 4 heure du matin. Des combats se sont engagés dans la ville : Les premiers détachements de spetsnaz géorgiens sont entrés dans Tskhinvali. Des miliciens par groupe de 5 ou 6 personnes venaient à l’hôtel prendre des munitions, bander les blessées, puis s’en allaient.

Vendredi, A 4h 30 du matin, les journalistes décident de se rendre dans la zone des unités des soldats de la paix. Avec les cameras, et tout notre matériel, nous sortons dans la rue. Des tirs de mortiers éclatent. Je n’avait encore jamais couru aussi vite : plié en deux derrière des murets, un sac à dos sur les épaules, nous courons sous le feu vers les soldats de la paix russes. Le cantonnement est détruit, il n’y a nulle part où se cacher des fusées. On pousse tous les journalistes dans un semblant de bunker ; c’est un trou recouvert d’une coupole sphérique d’une épaisseur de 3 millimètres elle même recouvertes de 30 centimètres de terre. Sur le territoire du cantonnement il n’y pas âme qui vive, tous les postes ont été abandonnés. Nous filmons en marche. A l’endroit de la place d’arme, il n’y a plus que des trous, des obus non explosés traînent à terre.

En fait, tous les soldats sont depuis longtemps dans le bunker. Quand nous y sommes descendus, il y avait déjà prés de cent personnes, les gens, assis ou debout, sont étroitement sérés les uns contre les autres, par manque de place, au point qu’il est impossible de bouger la main ou le pied… Et voila qu’arrivent des civils.. Les femmes et les enfants accourent des maisons voisines, vers les militaires à la recherche d’une protection. Dans l’abri, les gens se couchent les uns sur les autres. Les enfants sont dans les bras des journalistes. Tout les portables son éteints afin de ne pas servir au pointage des armes.

A 10 heure, vendredi matin, il y a une accalmie de cinq minutes. Nous sortons à l’extérieur, afin de respirer un peu et filmons ce qui reste du cantonnement des soldats de la paix. Nous allons à la cellule servant de prison préventive ; le sol est en béton la porte est en métal, la cellule fait 4 mètres sur 4. Et voila qu’arrive se dont tous le monde avait peur ; Une femme branche son portable pour appeler des parents à Vladikavkaz et elle leur dit qu’elle se cache dans un bunker sur le territoire du cantonnement des forces de la paix. Alors commença le plus effrayant : a peine cinq minutes après, des roquettes « grads » ont commencées à frapper. Les obus tombaient tellement serrés que les gens ont commencés à se dire mutuellement adieu ; Les enfants se serraient convulsivement dans les bras de leurs parents. Les tirs ont continués durant deux heures, mais cela sembla à tous le monde l'éternité.

S.M.S D’adieu

Les tanks géorgiens sont entrés dans Tskhinvali. Deux d’entre eux prennent en enfilade la rue centrale à 100 mètres de nous ; L’infanterie avance derrière les tanks. Autour de la ville, toutes les hauteurs sont occupées par l’armée géorgienne. Sous le couvert de l’artillerie, ils engagent le combat. Des T-64 ukrainiens avec des tankistes géorgiens déversent leur puissance de feu sur les rues et les maisons. Sans gilets par balle, ni casque, nous restons couchés sur le sol. Nous ne pouvons relever la tête ; les balles et les éclats sifflent. Le hurlement des chenilles se rapproche. Un tank géorgien est entré dans le cantonnement. Il tire à bout portant sur les bâtiments encore intactes. A côté de mois sont allongés deux journalistes et un cameraman, sans se consulter, tous ont branchés leurs portables pour envoyé un SMS. J’en ai envoyé un à ma femme : « Elève bien notre fille » et, de nouveau, à plat ventre

Cette canonnade, je ne l’oublierai jamais, les collègues russes qui étaient couchés à côté de moi, non plus. Se sont les miliciens sud ossètes qui nous ont sauvés ; ils ont engagés le combat dans la rue et ont détruits deux tanks au RPG. L’un a explosé tout de suite, le second a caremant décollé du sol à cause du stock de munitions.

De petite taille, avec deux lance grenades dans le dos, une kakatchnikov en bandoulière, il s’appel Nikolaï.

« On tirait sur eux avec des lance-grenades et des mortiers » dit le soldat ayant détruit le premier tank.

« Comment une chose pareille a pu arriver ? Ce ne sont que de simples civils qui vivent ici – il ne comprend pas, - Faisons comme de vrais hommes, sortons et battons nous face à face, chacun pour sa patrie. Ils y sont pourquoi les enfants, dans cette histoire ? »

Des tankiste géorgiens ayant pu s’échappés de leur tank en feu, n’ont pas le temps de fuir, ils sont achevés à coup de crosse par les miliciens qui ont vus ses même tankistes mitrailler la voiture d’une famille avec deux enfants en bas ages. Dans la rue voisine les combats battent leur plein. Là bas, trois tanks tirent sur une école où se sont barricadés des soldats sud-ossétes, deux tanks sont touchés, le troisième s’éloigne accompagnée de fantassins géorgiens.

Ville fantôme

Vendredi 18 heure. Nous restons dans la ville et filmons : Des tanks en feu, des cadavres de soldats et de civils, des maison mitraillés et détruites. Nous courons vers une rue parallèle où on vient de détruire deux tanks. Des soldats ossètes nous rattrapent et nous obligent à nous abriter dans la cave d’un collège. Dans cette cave il y a des blessés et des civils.

« Voila, regardez, - nous dis Rouslan, le milicien, - dans quelle condition vivent ici les gens ». Contre le mur, sur la terre humide, sont assis des enfants, des femmes, des vieilles. Certains dorment, d’autres sont assis, dos appuyé contre le mur. Une petite fille tente d’enflammer de l’alcool. Dans cette cave cela fait déjà trois jours que personne n’a mangé, les réserves d’eau sont quasiment épuisées.

Nous retournons au cantonnement, nous utilisons la parabole de nos collègues russes pour transmettre à Kiev nos vidéos. La nuit personne ne ferme l’œil. L’artillerie géorgienne matraque la ville depuis ses positions. Le samedi matin l’armée géorgienne tante à nouveau de prendre la ville. Des tanks sont entrés à nouveau dans Tskhinvali, les combats de rue ont repris.

Les tanks géorgiens ont commencés le bombardement de la station de radio, où se cachent les journalistes et des civils. Dans le ciel on entant des bruits d’avions. On ne sais ci se sont des chasseurs russes ou géorgiens. Nous filmons le tir d’un avion, les missiles s’en vont exploser dans la montagne. Cela veut dire que se sont les russes qui tirent sur les positions géorgiennes. Mais à peine une heure plus tard, un avion d’attaque peint en gris, s’apprête à bombarder la station radio d’où nous envoyons nos vidéos. Les journalistes s’égaillent dans tous les sens.

L’avion descend à basse altitude, sort d’un virage et se positionne pour un deuxième virage, et là apparaît un Soukhoï russe. Le Soukhoï mitraille l’avion géorgien, lui transperçant l’aile, il tombe avec toutes ses bombes à quelques kilomètres de là. Des soupiraux, là ou il reste encore du verre, il tombe des éclats.

Dans le ciel règnent les chasseurs et les bombardiers russes, attaquants les positions de l’artillerie géorgienne, qui, durant trois jours effaçaient sans pitié la ville de la surface de la terre.

Nous restons

Samedi, 16 heure - Les géorgiens enfoncent la défense, et de nouveau attaquent la ville avec l’appui de l’artillerie et des mortiers. L’ancienne base militaire où s’abritent des journalistes et des civils, se retrouve en première ligne. Alors les journalistes, par l’intermédiaire de leurs rédactions s’adressent au géorgiens, leurs demandant de laisser un corridor pour l’évacuation des civils, des blessés ainsi que des journalistes. Mais personne ne réagit à cette demande : le feu géorgien ne s’est pas arrêté.

Alors les reporters se décident pour une action désespérée : Ceux qui ont une voiture décident de forcer le passage à travers la ville vers Djava en direction de Vladikavkaz. Les fenêtres des voitures sont protégées par des gilets par balle. Il n’y a pas de place pour tous. Des femmes et des enfants s’installent dans les voitures. Nous restons. NTV et le 1° canal restent aussi.

Les journalistes font leurs adieux avec ceux qui partent et prient pour qu’ils réussissent. La colonne s’en va. Nous sommes allongés par terre dans la cuisine, sales et affamés. Personne ne fait plus attention aux tires dans la nuit. La peur est partie. Il ne reste qu’une indifférence totale et l' apathie. De toute façon, nous ne pouvons rien faire.

L’hôpital

Dimanche matin - Nous n’en croyons pas nos yeux, dans la ville des tanks et des BMP russes avancent. Le salut ! Cela ressemble vraiment à cela. Nous nous dirigeons vers l’hôpital. L’hôpital a été détruit par des tires directes de « grads,» tous les malades, et le personnel médical sont descendus dans la cave.

« Voila, c’est le bloc opératoire improvisé – dit le docteur Vladimir Midove, montrant une cave pleine de toiles d’araignée, au milieu de la quelle trône une table avec des instrument chirurgicaux posés à côté. - On nous amenait toutes les heures, jusqu’à trente personnes. On a opéré tous ceux que l’on pouvait. Malheureusement on n’a pas pu aider certains. »

Dans le couloir de la cave, il y a des lits que l’on a pu descendre des étages. Dessus sont couchés des hommes et des femmes, certains conscients, d’autres pas. Prés du mur, il y a deux jeunes gens, des journalistes géorgiens. Ils sont arrivés dans les bagages de l’armée géorgienne et n’ont pas eux le temps de partir.

« Nous étions quatre – raconte Taïmour Guiougadze un tbilissite âgé de 23 ans – quand la fusillade à commencée, nous nous sommes cachés sous un porche et sommes tombés sur des miliciens ossètes. Un journaliste ukrainien vivant en Géorgie et travaillant pour une agence internationale, a, par erreur, pris les soldats sud-ossétes pour des géorgiens et s’est adressé à eux en géorgien, ne tirez pas, nous sommes journalistes. Il y eu une rafale. Deux sont morts, les deux autres ont été blessés

Dans la salle de réanimation, au premier étage ont entasse les morts, civils et militaires mélangés. Il y a beaucoup de corps. Tina Zakharova les examine.

« Presque tous ont des orifices au niveau de la tête, faits par des balles, c’est le travail des snipers » - raconte le médecin urgentiste. Sous l’effet de la chaleur, les corps se décomposent, il n’y a pas de chambre froide, et évacuer les morts est impossible. C’est pourquoi, ceux qui sont identifiés, sont enterrés directement dans la cour. Il est impossible d’emmener les corps au cimetière. On tire là-bas.

Le départ

Nous demandons une voiture aux soldats de la paix russes. Il n’y en a pas. Alors nous ramassons nos affaires et ensemble avec mon cameraman, nous quittons la base vers la sortie de la ville, faire du stop. Rapidement, une camionette UAZ avec des miliciens, s’arrête, elle nous prend. Quand ils apprennent que nous sommes ukrainiens, ils ont les yeux qui sortent de leurs orbites. Mais personne n’a même essayé de dire quelque chose de méchant. Au contraire, ils nous donnent à chacun une mitraillette, nous devons traverser un col, et là-bas tout peut arriver.

Grâce à Dieu, rien n’est arrivé, nous avons traversés la zone de tir. Nous entrons dans Djava, où il y a déjà des milliers de militaires russes : Toute la 58° armée avec son matériel, avance vers Tskhinvali.

P.S. Déjà à Vladikavkaz, nous avons rencontrés les journalistes qui sont partis un jour avant nous. Ils sont passés, Cependant, un journaliste a été blessé. Nous sommes restés assis au bord du fleuve et silencieusement regardions l'onde. L’eau lavera tout, mais pas l’Histoire. Elle remettra tout à sa place et dira qui est responsable dans cette guerre.

Traduction : S.P.S.

ed65e3d20cfa826e7b40c2f7ba66c973.jpg


Partager cet article

Repost 0
Published by stengazeta.over-blog.com - dans Caucase ~ Кавказ
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : STENGAZETA - ПАРИЖСКАЯ СТЕНГАЗЕТА
  • STENGAZETA - ПАРИЖСКАЯ СТЕНГАЗЕТА
  • : Le mot « Stengazeta » est un acronyme voulant dire « journal mural ». Stengazeta de Paris publie des traductions de chansons russes contemporaines et/ou populaires, ainsi que des articles d'opinions. Il m’a semblé utile, de faire percevoir à travers ce blog, la Russie et ses cultures, hors du prisme propagandiste et réducteur que véhiculent les pouvoirs politiques, économiques & médiatiques occidentaux. S. P Struve
  • Contact

Ruski tchas

 

Recherche

Catégories