Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 août 2009 4 06 /08 /août /2009 14:58

23H 36 Nuit du 7 au 8 aout – Dans toutes les chroniques, le début de cette guerre commence précisément à ce moment. C’est précisément à cette heure que l’espoir de paix s’est effondré. Les hostilités à grande échelle, ont commencés. Tskhival était sous le feu.

Cette date n’est que l’instant T du début officiel de cette guerre. En réalité les combats à la frontière osséto-géorgienne étaient à ces instants déjà assez violents. Depuis le 1° août, le conflit allait grandissant. Des fusillades sporadiques suivies d'accalmie. Bien que les gens pensaient que cette fois là, ne se distinguerait en rien des précédentes – Il y aura des échanges de feux puis à nouveau plus rien C’était quelque chose qui était déjà arrivées. Il est vrai que les négociations n’avaient menées nul-part, mais tout le monde croyait que cela n’irait pas jusqu'à la guerre.

Le 7 août dans les quartiers périphériques de Tskhinval, il y a de nouveaux accrochages. Les diplomates essayent sans succés de s’entendre. Mikhaïl Saakashvili ne montre pas encore ses véritables intentions. Il déclare : « Je veux dire franchement, et en cela je suis sur. Une confrontation n’est ni dans l’intérêt de la Russie, ni bien sur, dans notre intérêt. » Lorsque le président géorgien prononçait ces mots, son armée renforçait ses positions dans les contreforts au dessus de Tskhinval.

De l’artillerie lourde, des lance-roquettes, des troupes, des tanks. A Tbilissi on nie tout, et le ministre d’Etat géorgien, Temour Iakobashvili essaie de convaincre tout le monde de ses intentions totalement pacifiques : « Il est tout à fait claire, que le pouvoir séparatiste de Tskhinvali essaye de faire échec aux négociations de paix. Ils asseyent de provoquer la Géorgie. Nous appelons à la paix, nous somme prêts à nous rendre à Tskhinvali ».

Il se passera très peu de temps avant que tous ces gens ne se mettent à parler d’une toute autre façon. Mamouka Kourashvili, le commandant des soldats de la paix géorgiens, parle de faite, du début de la guerre. « Nous avons débutés les tirs. L’Ossétie connait nos conditions : s’assoir autour de la table des négociations, mais au lieu de cela, il y a eu une réaction, des tirs ont répondus, et l’armée géorgienne à décidée de rétablir l’ordre. Tout se passe selon nos plans. »

« L’ordre constitutionnel » c’est ainsi qu’à Tbilissi, on nomme ce qui se passe. Plus tard on saurat que l’opperation avait reçut un autre nom : « JACHERE » Mikhail Saakashvili se souvenait fort bien comme il était rentré, sur le dos de ses soldats, dans l’Adjarie rebelle, en ayant chassé de là-bas le président de cette république, qui ne voulait pas se soumettre, Aslan Abakhidze. Il voulait réitérer ce scénario. Simplement il fallait agir plus brutalement.

Tskhinval1Les tirs d’artillerie qui se sont abattus sur Tskhinval, ont tout de suite détruits le parlement et l’hôpital. Le quartier dit juif fut pratiquement rasé. Les volontaires ossètes armés de fusils mitrailleurs, ou au mieux, de lance-grenades, n’étant pas en situation de résister au déluge d’artillerie, reculent vers le centre ville. Les soldats de la paix russes restés dans la zone de feu, essayent d’arrêter les attaquants ; mais sont, eux même, victime de tirs. Se sont leurs collègues, les « soldats de la paix » géorgiens, qui tirent sur eux. Au matin, les chars géorgiens entrent dans Tskhinval. Le président Kakoïty appelle à défendre la ville : « Il y a des destructions très importantes, il y a beaucoup de blessés. Les soldats de la paix russes ont tout faits, afin que le côté géorgien arrête de tirer au mortier et au lance-roquettes sur la ville, mais le bombardement ne césse pas. »

Les habitants de la ville ayant passé toute la nuit dans leurs caves, ne les quittent pas au matin. Les journalistes pris d’en l’encerclement, tentent de transmettre l’information par l’intermédiaire de leur téléphones portables, mais même cela devient difficile ; L’artillerie règle son tire sur les signaux émis par les téléphones. Inal Pliev chef du bureau d’information ossète de la commission mixte de contrôle, arrive à passer sur les ondes du canal « Vesti » durant quelques secondes : « Les chars Géorgiens et leurs troupes se préparent à prendre d’assaut la ville. Essayez de rappeler, si je suis vivant, je vous répondrai ».

Les conversations téléphoniques sont brèves, pour éviter d’être localiser. L’hôpital de Tskhinval se remplie de blessés. A Tbilissi on annonce la prise de la ville. Des voitures blindées circulent dans les rue de Tskhinval, les militaires géorgiens se filment à l’aide de leurs mobiles. C’est le matin du 8 août. En rigolant, ils mitraillent les façades des immeubles. Ils paraissent sure que la guerre est terminée, que l’ennemi est vaincu.

Le président Medvedev passe sur les ondes « A cet instant, en Ossétie du Sud, des civiles périssent, des femmes, des enfants, des personnes âgées et la majorité d’entre eux sont des citoyens de la Fédération de Russie ». De fait, il annonce que la Fédération de Russie est dans l’obligation de se mêler de ce conflit afin de défendre ses soldat de la paix ainsi que les habitants de cette république ; « En conformité avec la constitution et comme président de la Fédération de Russie, je suis dans l’obligation de défendre les vies des citoyens de la Fédération où qu’ils soient. La logique de notre engagement est dictée par ces évènements. Nous ne pouvons accepter impunément la mort de nos citoyens ».

La 58° armée russe entre en territoire sud ossète le 8 août afin de se projeter vers Tskhinval et de libérer la ville. L’aviation russe frappe les objectifs militaires géorgiens. L’entourage de Saakashvili commence à paniquer. Le président géorgien ne parle plus de l’instauration de « l’ordre constitutionnel », traitant la Russie d’agresseur, essayant de rendre Moscou responsable de l’agression qu’il a lui-même organisé. Et le plus étrange, c’est qu’en Occident on le croit. Pour convaincre l’Occident de ses intentions pacifiques, il annonce un cessez-le-feu et l’ouverture d’un couloir humanitaire. Les réfugiés essayent de profiter de l’accalmie pour quitter Tskhinval, mais l’artillerie géorgienne ouvre à nouveau le feu. Sergueï Lavrov, ministre des affaires étrangères de la Fédération de Russie annonce que des nettoyages ethniques vis-à-vis des Ossétes sont en cours, nettoyages ethniques qui seront niés en occident.

La promesse faite d’un cessez-le-feu n’est pas respecté. Il y a à nouveau des combats dans les rues de Tskhinval, l’intervention de diplomates semble totalement inutile. Dmitri Rogozine, le représentant de la Fédération de Russie à l’OTAN appelle les choses par leurs noms : « En ce moment ce n’est plus l’heure des diplomates, mais l’heure des militaires. Ils doivent démontrer leur capacité à défendre la population civile ».

Les tanks russes entrent dans Tskhinval, obligeant l’ennemi à reculer rapidement, bien que les colonnes d’éclaireurs soient confrontées à un feu nourri venant des hauteurs entourant la ville et où l’artillerie géorgienne s’est fortifiée. Dans les jours qui suivent, durant une de ses percées, deux journalistes, Alexandre Kots et Alexandre Sladkov, sont blessés. Ils seront sauvés par le Commandant Denis Vettchinov. Lui même périra durant cette action.

le lieutenant-général Anatoli Khroulev commandant de la 58° armée, durant l’un des combats sera blessé. Mais l’opération se poursuit.

Au même moment, Mikhail Saakashvili appelle Moscou à arrêter les actions militaires tout en envoyant se faire sacrifier, dans la zone du conflit, ses réservistes. Il est vrai que le 9 août il devient évident que tout cela est inutile ; Maintenant c’est une Tskhinval drapeauxhistoire de temps. L’attaque géorgienne sur Tskhinval à échouée. L’armée géorgienne n’était pas prête à résister. A Tbilissi on avait prévu d’atteindre rapidement le tunnel de Roki et de le fermer, mais personne parmi le commandement géorgien n’avait seulement imaginé comment organiser la défense de leurs propres soldats. En même temps l’immensité de la catastrophe devient évidente : le nombre important de blessés, de morts, de réfugiés

Jusqu’au 11 août dans différents districts, il continu à y avoir des échanges de tirs, mais la majorité de l’armée géorgienne a fuit en abandonnant sur place son armement, ses morts. La flotte et l’aviation géorgienne ne peuvent plus combattre, neutralisées depuis longtemps. On voit Saakashvili le 11 août apparaitre complètement paniqué alors qu’il est accompagné par des journalistes, il se met brusquement à courir, effrayé par le bruit d’un avion.

D’après VESTI.ru

Partager cet article

Repost 0
Published by stengazeta.over-blog.com - dans Caucase ~ Кавказ
commenter cet article

commentaires

Olivia Kroth 14/09/2010 16:44


C'est surtout la propagande du Pentagone et de la CIA -

la presse francaise étant pour la plupart sous

leur commande - qui veut changer l'histoire de la

Grande Guerre Patriotique et le role de l'Armée Rouge

et de l'Union Soviétique.


Frédéric André 14/09/2010 16:28


En fait, après l'avoir lu (et relu), je ne suis pas très étonné par le commentaire du citoyen "hahahahaha" (j'ai peut-être oublié un "haha"...) Il est le parfait reflet d'une méconnaissance totale
de l'histoire (plus ou moins) récente de la Russie - et de la formation de l'Empire Russe - doublée d'une désinformation soigneusement organisée, dès la création de l'OTAN, sur le rôle joué par la
Russie dans l'histoire - tout-à-fait récente celle-ci - de l'Europe : c'est ainsi, par exemple, qu'on a progressivement "oublié" de parler dans les cours d'Histoire du rôle joué par l'Armée
Soviétique durant la guerre de 40-45. À tel point que, maintenant, on n'en parle plus du tout... La désinformation continue, d'ailleurs, les citoyens de l'actuelle Fédération de Russie étant
toujours considérés - dans leur ensemble - comme, je cite, "d'abominables communistes", "des gens méchants, cruels et incultes", j'en passe et des meilleures. Quelques voyages en Russie en
compagnie de mon épouse Petersbourgeoise n'ont fait que confirmer ce que je connaissais déjà : à savoir que ce genre d'idées était totalement fausses. Au moment de l'agression géorgienne, il a
fallu que j'explique à certains de mes collègues ce qui se passait réellement - et en leur communiquant des articles de journaux (relativement) impartiaux pour qu'ils admettent - du bout des lèvres
- que l'agresseur, c'était bien la Géorgie de Saakashvili. Je pense, donc, qu'il y a encore beaucoup de choses à faire, et beaucoup d'événements à expliquer, pour que la Russie, sa culture et son
histoire retrouve en Europe occidentale la place privilégiée qu'elle occupait avant la guerre de 14-18.


Olivia Kroth 29/08/2010 11:55


Quel drole de nom, "hahahaha" -

un imbécile francais ?

Un Russophobe qui n'ose pas

écrire son vrai nom ?


Hahahaha !

Je vous souhaite un bon dimanche,

chère Sarah Petrovna.

Amitiés

Olivia


Sarah. P. Struve 29/08/2010 13:26



Olivia, la majorité des Français n'y sont pour rien, on ne leur donne pas la possibilité de penser par eux même


 



haahahahaha 27/08/2010 00:25


Sincèrement nous doutons de la version proposée ci-dessus. Elle glorifie la Russie "hors de reproche" et jette la pierre sur "l'agresseur" Géorgien. Le piège tendu par Poutine qui d'ailleurs ne se
soucie guère du peuple ossète mais bien plus des intérêts liés au pétrole qui transite dans le caucase . D'autre part Saakachvili est manipulé, ou plutôt directement commandé par le gouvernement
Américain qui voit dans la Géorgie une source d'enrichissement via le pétrole et une place stratégique au pied de la Russie. Le peuple ossète et les ambitions de reconquête Géorgienne ne furent
jamais réellement au centre des préoccuaptions des belligérants. Poutine, célèbre pour les éxactions commanditées en Tchétchennie n'est pas hors de reproche.


Sarah. P. Struve 28/08/2010 23:37



Excusez mon retard à « vous » répondre Mais ce « nous » que vous utilisez cher « haahahahaha » m’a d’abord
interrogé : Etai-je affaire à un « nous » exprimant l’épanouissement soudain d’un talent caché et schizoïde, ou avais-je affaire à une organisation méconnue ? Le nom
« haahahahaha » m’a fait finalement plus tôt penser à une schizophrénie épanouie,  assumée et plaine de satisfaction, mais qui sait… Voici donc ma
réponse.


Vladimir Poutine qui était à ce moment là à Bejin pour l'ouverture de jeux olympiques, n'a en tant que premier ministre pas décidé l'intervention de l'armée fédérale, tout simplement parce que en
Fédération de Russie cette décision appartient au chef de l'Etat qui est et était en août 2008 Dmitri Medvedev.


C'est vraiment une particularité française que de désigner le premier ministre russe  comme responsable de tout ce qui peut ce passer à l'est des Vosges. Pensez vous que la renaissance du
pétainisme et plus généralement du fascisme en France, est aussi un complot hourdi par Vladimir Poutine? Plus sérieusement, ainsi le fait que les étasuniens aient placés une marionnette folle
appelée Saakashvili à la tête de la Géorgie, serait un complot de Poutine?


Vous parlez du pétrole, mais l'oléoduc qui traverse la Géorgie n'a pas été touché par l'armée fédéral. Je ne sais pas si en France le gouvernement se soucie de ses concitoyens en danger à
l'étranger, ou plus tôt je crois savoir qu'il n’en a rien à en faire si on analyse la façon dont l'otage français au Mali a été sacrifié, mais la majorité des Ossètes du sud ont la citoyenneté
Russe et par ailleurs il y avait au moment ou l'armée de Saakashvili attaqua la ville de Tskhinval, des casques bleu russes. Fallait-il laisser périr tous ces gens ou prendre le risque
d'intervenir? L'Ossétie à intégrée, (à sa demande) l'Empire Russe encore en 1774, bien avant la Géorgie.


Mais vous pouvez aussi aller sur les sites du premier ministre et du président russe pour leur pauser vos questions, je suis sur qu'ils vous répondront. Par ailleurs vous pouvez aussi vous rendre
en Ossétie du Sud et parlez avec les habitants de cette république, ils vous raconterons bien volontiers ce qui leur est arrivé et comme il ont eux le sentiment de ressusciter lorsque l'armée
fédérale russe est arrivée. Cela vous évitera peut être de douter.


Peut être devriez vous faire également l'effort d'apprendre un peu le russe pour avoir des informations un tant soit peu fiables et pour éviter d'être conditionnés par les médias sarkoziens Je
vous invite également à allez faire un peu de tourisme en république de Tchétchénie, cela fait plus de deux ans que l’aéroport de Grozny a été ré ouvert, cela vous permettra de visiter la plus
grande mosquée d’Europe qui, elle également a été inaugurée il y a plus de deux ans. Je vous assure que vous aurez la chance de ne plus douter du moins de la réalité russienne, par contre je ne
peut vous garantir que de nouveaux doutes ne viennent vous assaillirent dans vos salons, des doutes sur l’honnêteté de « l’intelligentsia » française.


En vous souhaitant bon voyages.



Présentation

  • : STENGAZETA - ПАРИЖСКАЯ СТЕНГАЗЕТА
  • STENGAZETA - ПАРИЖСКАЯ СТЕНГАЗЕТА
  • : Le mot « Stengazeta » est un acronyme voulant dire « journal mural ». Stengazeta de Paris publie des traductions de chansons russes contemporaines et/ou populaires, ainsi que des articles d'opinions. Il m’a semblé utile, de faire percevoir à travers ce blog, la Russie et ses cultures, hors du prisme propagandiste et réducteur que véhiculent les pouvoirs politiques, économiques & médiatiques occidentaux. S. P Struve
  • Contact

Ruski tchas

 

Recherche

Catégories