Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 août 2004 7 01 /08 /août /2004 20:19

Victime de comportements discriminatoires, chaque communauté, chaque minorité, chaque individu se réfugie instinctivement au sein de l’essence de son identité  même.

La tentation est alors grande de s’entourer de fortifications virtuelles ou réelles au risque de se rigidifier autours de cette identité et par là de la dénaturer à l’image du regard porté par ceux qui sont discriminatoires, de l’extraire de son sens premier.

Certaines personnes, certains groupes  ayant été confrontés à un tel  degré de discrimination, de maltraitance et de violence, ont tendance à reproduire cela, s’érigeant d’apparence, en victimes éternelles. Cette « auto victimisation » amène ces groupes ou ces personnes à devenir eux même  bourreaux.

Ce dysfonctionnement est de l’ordre de la reproduction comportementale. Un groupe humain est un organisme au même titre  qu’un individu.  lorsqu’un individu a subit des violences physiques et/ou morales et si un travail d’appropriation et donc de deuil de cette douleur n’est pas entrepris, cette violence subie, l’individu va la retourner contre l’autre fantasmagorique. En l’occurrence celui ou ceux désigné(s) – à tord où à raison - comme fauteur(s) de cette souffrance et ce, dans une dynamique perverse. Se construisent alors des fortifications que l’individu perçoit comme protectrices mais qui en fin de compte se retournent contre lui, étouffant littéralement sa capacité à évoluer, à s’adapter.

A partir de ce moment apparaît un emballement de la machine organisationnelle humaine, menant au rejet systématique de celui (ceux) désigné(s) comme souffre-douleur expiatoire dans une dynamique de déplacement du «  mauvais objet ». Il est donc intéressant de faire un parallèle entre les dysfonctionnements au niveau d’une société et ceux à l’échelle de la personne.

A l’échelle  individuelle, l’enfant maltraité, une fois adulte ne se retournera pas contre l’adulte responsable de cette maltraitance mais fera subir les souffrances que lui-même a vécu à son enfant ou à tout autre être plus vulnérable que lui, en en faisant le bouc émissaire de sa douleur.

A l’échelle sociale, un exemple et particulièrement criant. Ce ne sont pas les européens de culture chrétienne responsables de la shoa qui sont désignés d’une façon épidermique en tant que mauvais objets par les diverses communautés juives, mais « l’arabe » et « le musulman » ; deux identités, elles même plurielles et qui ne se chevauchent pas nécessairement, mais réduites dans le cadre de se rejet à un stéréotype caricatural, comme « le juif » l’a été en occident dans la première moitié du XX° siècle. Par ailleurs il est intéressant de remarquer que la victime expiatoire, « l’arabe musulman » devient face à cet état de fait de plus en plus rigide et univoque s’emparant de la fantasmagorie « anti-juive » occidentale. La résistance palestinienne au début de sa lutte était laïque, souvent marxiste. Face à l’ostracisme de l’Etat israélien, elle est devenue à dominante religieuse avec une nette exclusion de sa composante d’origine culturelle chrétienne. Al quaïda avec sa phraséologie manichéenne est l’expression même  de cette radicalisation d’un certain intégrisme religieux musulman, comme à son tour cette Amérique ne s’exprimant plus qu’a travers la voix violente et guerrière de ses extrémistes judéo-chrétiens de l’ultra droite libérale.

Une fois se regard porté sur l’organisation humaine, il est plus facile de comprendre les violences perpétuelles que s’infligent les humains entre eux

Le communautarisme n’est pas une protection face à cet état de fait, mais au contraire, l’un des moteurs de la violence de par sa dynamique enfermante et excluante, menant tout groupe ou individu à un mutisme suicidaire et assassin.

Pour essayer de briser ce cercle vicieux il n’y a pas de solution immédiate - dans la mesure ou le désir de simplification de nos esprits exige une solution - mais un travail de Sisyphe de débriefing généralisé afin de désamorcer de génération en génération les violences faites par l’être humain à l’être humain.

 

La lutte contre le communautarisme est le combat le plus urgent, un combat contre l’enfermement qui passe par la valorisation de la personne en tant qu’individu et non en tant que sous ensemble d’une communauté. La conscience de ses racines, la valorisation des origines de la personne sont essentielles afin que celle-ci puisse se développer harmonieusement. Encore faut il que cette appartenance n’empêche pas l’individu de prendre son essor singulier, que sa singularité soit reconnue comme une valeur positive et non comme une stigmatisation sociale, une marginalisation.

Nos sociétés mettent de plus en plus en avant l’écologie en tant que valeur essentielle à la vie. Seulement l’être humain de par son regard ethnocentrique oublie sa place  au sein du créé, oublie qu’il ne peut être dissocié de celui-ci. Il serait peut être temps que nous descendions de notre piédestal divin d’ordonnateur de la création, afin que nous portions à nous-mêmes et donc, à nos semblables, autant d’attention que nous portons envers le reste du vivant.

Alors, les mots tel que « racisme » (invention européenne du XIX° siècle), « Antisémitisme » (pléonasme) « Sexisme » et ses corollaires : « Machisme, Homo phobie, Hétéro phobie, Trans phobie etc. » peut être disparaîtront au profit du seul terme désignant ces exclusions : « La xénophobie » autrement dit la peur de ce qui est différant parce que vu inconsciemment à travers le prisme enkysté de nos rigidités identitaires.

Il faut donc que les comportements xénophobes soient reconnues comme symptomatiques d’une pathologie identitaire et à se titre, introduire la notion de soins pour les personnes et les groupes présentant ces symptômes,  La xénophobie étant en soit une addiction à la destruction de l’autre et donc de soi. Ce sera enfin un premier pas vers la paix de l’être, vers un peu de lumière et d’espoir pour l’ensemble du genre humain.

Sarah P. Struve

Sarah Pétrovna Struve

09:10 Publié dans Droits humains, Struve Sarah P. - Струве сара петровна, xénophobie | | Commentaires (0) | Envoyer cette note | Tags : xénophobie, racisme, antisémitisme, séxisme, struve, communautarisme, social

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : STENGAZETA - ПАРИЖСКАЯ СТЕНГАЗЕТА
  • STENGAZETA - ПАРИЖСКАЯ СТЕНГАЗЕТА
  • : Le mot « Stengazeta » est un acronyme voulant dire « journal mural ». Stengazeta de Paris publie des traductions de chansons russes contemporaines et/ou populaires, ainsi que des articles d'opinions. Il m’a semblé utile, de faire percevoir à travers ce blog, la Russie et ses cultures, hors du prisme propagandiste et réducteur que véhiculent les pouvoirs politiques, économiques & médiatiques occidentaux. S. P Struve
  • Contact

Ruski tchas

 

Recherche

Catégories