Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 août 2011 3 31 /08 /août /2011 22:01

Cette chanson est apparue en occident au début des années soixante. Un 45 tours circulait : sur l’une des  faces on pouvait entendre « Camarade Staline »  sur l’autre « J’ai traversé la Sibérie » L’enregistrement était de mauvaise qualité.

Il existe nombre de variantes de cette chanson de prisonnier dont l’auteur n’est pas connu. Souvent sous le titre, «Приморили гады Primorili, gady - ils m’ont détruits, les salauds.» dont la version de V. Vissotski, celle de C. Nikitine ou encore celle-ci. Dans les années 90, cette chanson fut reprisse par Mikhaïl Kroug.

kroug.jpgMikhaïl Kroug [1962 – 2002] de son vrai nom, Mikahaïl Vorobiov, était un barde. Il a commencé sa carrière en participant en  1987, à un concours de chansons d’auteur. Il  gagna alors la première place avec sa chanson «Про Афганистан  - Pro Afghanistane - sur l’Afganistan 

Mikhaïl Kroug avait une prédilection pour les chansons de truands et ses chansons étaient très appréciés par « le milieu «  avec lequel il se lia par la force des choses.
Il fut assassiné à son domicile, dans la nuit du 30 juin au 1° juillet 2002. 

________ ____________

Я прошел Сибирь / J’ai traversé la Sibérie

Mikhaïl Kroug

J’ai traversé la Sibérie chaussé de lapties,
Ecoutant les chants de vieux bergers.
S’avançaient les lueurs crépusculaires,
Des bords de la Caspienne, le vent soufflait.

Tu es entrée, comme dans un indicible conte;
Tu t’es enfuie, m’ayant oublié.
Avec ma guitare je suis resté à cafarder,
Parce qu'avec un autre, tu t’en es allée.

Peut être, ne devrai-je pas m’attrister,
Lorsque les roses commencent à fleurir ?
Les roses de ce jardin printanier,
Je n’ai plus personne à qui les offrir.

Ils m'ont détruits, les salauds, ils m’ont annihilés,
Ils ont pris ma petite liberté,
Mes boucles d’or ont blanchis,
Au bord du précipice, me suis assis.

Traduction Sarah P. Struve

Repost 0
Published by Sarah. P. Struve - dans Chansons populaires russes
commenter cet article
14 août 2011 7 14 /08 /août /2011 10:40

Voici l’un des derniers poèmes de Sergueï Essenine (1895 – 1925)

Essenine datait rarement ses poèmes, cependant il data celui-ci, qu’il écrivit le 28 novembre 1925, un mois avant son suicide. Le jour où il écrivit « Mon érable effeuillé » il se trouvait en hôpital psychiatrique où il s’était réfugié de sa propre volonté pour se cacher de poursuites judiciaires et de la Tcheka, qui le recherchait. L’un de ses biographes s’était renseigné auprès du service météo pour connaitre le temps qu’il faisait à Moscou les jours entourant l'écriture de ce poème. De fait, ces jours là, une tempête de neige soufflait sur la ville.  Il faisait un temps froid et humide.

Essenine.jpg

Ce poème fut mis en musique par le compositeur Vassili Lepatov (1897 – 1965). Lepatov  mit en musique d’autres poèmes d’Essenine dont « Lettre à ma mère ». Qui résonne dans le film de Choukchine : « L’obier rouge ».

- Sur le vidéogramme ci-après, « Mon érable effeuillé » est interprété par Vladimir Charine du groupe Tchaïf

-------------------------------------

Клен ты мой опавший  / Mon érable effeuillé

Sergueï Essenine

Mon érable effeuillé, érable, de glace, noyé,
Pourquoi, sous les tourbillons de neige, te tiens-tu penchés ?

Qu’as-tu donc vu ? Qu’as-tu écouté ?
Hors du village, tu sembles avoir glissé.

Et, comme un gardien saoul, sortant dans l’allée,
Tu t’es pris dans les congères, te gelant le pied.

Hélas, je ne tiens plus vraiment debout, enivré,
Revenant de godaille, jusqu’à la maison, je n’arriverai.

Là-bas j’ai rencontré un saule, là-bas, un pin, j’ai enlacé,
Sous la blanche tempête, je leur chantais l’été.

Semblable à cet érable, je me voyais,
Érable encore feuillu, pareille à un vert palais diapré.

Et, ivre mort, toute modestie épuisée,
Un bouleau, telle la femme d’un autre, j’enlaçais.


Traduction : Sarah P. Struve

Repost 0
29 juillet 2011 5 29 /07 /juillet /2011 11:16

Vladimir Vissotski disparaissait il y a 31 ans de cela, le 25 juillet 1980. Voici l’un de ses plus beaux textes : "банька по-белому – Ban'ka po-belamu - La bania blanche" chanson datant de 1968.

vissotski.jpgDans cette chanson Vissotski parle d’un tatouage d’une certaine « Marinka » il fait ici référence à sa dernière épouse ; l’actrice Marina Vlady.
La bania blanche dont il est question ici, est la forme de bania la plus rependue en Russie.

______________________

Банька по-белому / La bania blanche

Vladimir Vissotski 

Patronne ; chauffe-moi une bania blanche,
De la lumière blanche, je me suis déshabitué.
Je m’asphyxierai et, à moi le délirant,
Délira la langue, la vapeur me brûlant.

Patronne ; chauffe-moi une bania,
Je m'enfivrerai, m'enflammerai,
Sur le bord même du banc,
En moi, le doute, j’extirperai.

De chaleur jusqu’à l’inconvenance, je me griserai,
Un seau d’eau froide ; et au loin, tout s’estompera,
Et le tatouage de l’époque du culte de la personnalité,
Sur la poitrine gauche, bleuira.

Chauffe moi une bania blanche,
De la lumière blanche, je me suis déshabitué.
Je m’asphyxierai et, à moi le délirant,
Délira la langue, la vapeur me brûlant.

Combien de fois et de forêts furent abattus,
Combien de malheurs et de chemins furent connus !
Sur la poitrine gauche : Le profil de Staline
Et sur la droite : Le portrait de Marinka

Oh, pour ma foi de charbonnier,
Combien d’années me suis-je reposé au paradis !
Pour une vie sans issue, j’ai échangé
Mon insondable idiotie.

Chauffe moi une bania blanche,
De la lumière blanche, je me suis déshabitué.
Je m’asphyxierai et à moi, le délirant,
Délira la langue, la vapeur me brûlant.

Je me souviens comme tôt, au petit matin,
J’ai eu le temps de crier - aide-moi, frère !
Et deux beaux gardiens,
De Sibérie en Sibérie, m’emmenèrent.

Et après dans les carrières ou les marais,
Ayant avalé des larmes et de l’humidité
Nous tatouions son profil plus près du cœur
Afin qu’il entende comment se déchirent nos cœurs.

Chauffe moi une bania blanche,
De la lumière blanche, je me suis déshabitué.
Je m’asphyxierai et, à moi le délirant,
Délira la langue, la vapeur me brûlant.

Oh, mon corps s’enfièvre de ce récit jusqu’à la nausée,
La vapeur chasse de l’esprit, les pensées,
Du froid brouillard du passé
Je m’engloutis dans un brouillard surchauffé.

Les pensées se mettent à cogner sous mon crane,
Il s’avère, que par elles je fus marqué inutilement,
Et, avec des branches de bouleau, je fouette,
L’héritage des sombres temps.

Chauffe moi une bania blanche
De la lumière blanche, je me suis déshabitué.
Je m’asphyxierai et, à moi le délirant,
Délira la langue, la vapeur me brûlant.

Traduction : Sarah P. Struve

Repost 0
21 juillet 2011 4 21 /07 /juillet /2011 17:23

Boris Grebenchikov écrivit cette chanson  en 1991. Elle fut publiée pour la première fois en 1992 dans l’album « Русский альбом - Ruskii albom –L’album russe » puis rééditée dans l’album CD-DVD «Визит в Москву - Visit v moskvou – Viste à Moscou »  reprenant un concert donné à Moscou en octobre 93.

Dans son poème, Grebenchikov fait référence à trois personnages : Sirin est un  être mythologique slave oriental, à tête et buste de femme et au corps d’oiseau. Quand au père Serge et au père Séraphin, ce sont des saints russes ; respectivement Serge de Radonège et  Séraphin de Sarov.


akvarium vizit v moskvu

Кони беспредела  / Les chevaux endiablés

Boris Grebenchikov

Nous avancions, colline après colline,
Puis, nous cassâmes un essieu ;
Nous nous extirpâmes à croupetons, l’uniforme voletant
Petits soldats de l’amour – yeux bleus...

Comme cela leur pris, ils nous emmenèrent par d’étranges sentiers
Nous emmenèrent, nous amenèrent et, alors que je regardai,
Je vis un oiseau pâle aux yeux damnés;
Chante-moi donc, l’oiseau, Peut être que je vais danser...

Chante-moi l’oiseau, est ce doux à l’âme d’être sans corps ?
Est-ce aisé d’être un oiseau, mais sans chanter ?
Attelle-moi, Seigneur, des chevaux endiablés;
Je voulais aller à pied, mais apparemment, à temps, je n’y arriverai...

Avec quoi donc les nourrir, si les chevaux ne sont pas rassasiés ?
Ils ne boivent pas d’eau, comment les abreuver ?
Les crinières soyeuses sont parfumées, tressées;
Sabots pointus, traces vermeilles.

Voici donc mes seuls camarades: De la vodka sans pain,
L’un des frères est Sirin et l’autre frère, le Sauveur.
Le troisième voulait atteindre le ciel à pied,
Mais il a bue, s’est saoulé  et, voilà tout.

Oh, l’oiselet s’élança, mais ne s’envola ;
À cœur, le vautour, le béqueta.
Les chevaux endiablés, on me les attela, on les brida
Et les chevaux  m’emportèrent,  toujours plus loin de toi...

Nous cherchions à gagner, mais, à côté de la bonne carte, sommes passés,
D’une façon ou d’une autre, tous les atouts, dans la boue, sont restés.
Père Serge, père Séraphin !
Les étoiles sont en haut et nous, là – en chemin...

Traduction : Sarah P. Struve

Repost 0
25 juin 2011 6 25 /06 /juin /2011 14:20

guouckov-zoom-copier.jpgL’auteur de ce poème, Mikhaïl Guskov, est un journaliste, poète et écrivain contemporain. Ses chansons sont interprétées par des interprètes tels Lev Leshchenko, Tamara Gverdtsireli et nombre d’autres. Son poème «Белый конь – Bélyi kon’ - Le coursier blanc » est, ici, interprété, sur une musique d’Elena Vanina, par Alexandre Malinine. Le vidéogramme ci-après fut enregistré lors d’une série de concerts « Bal – Romance » donnés à la maison internationale de la musique de Moscou. en 2007.

_______________

Белый конь   / Le coursier blanc

Parole : Mikhaïl Guskov / Musique : Elena Vanina

Je voulais aller en ville sur mon blanc coursier,
Mais la maitresse d’une auberge m’a sourie.
Sur le pont, le meunier, un regard de travers, m’a jeté
Avec la maitresse, pour la nuit, je suis resté.
Tirant la bride de mes mains, le coursier, reprendre la route, demandait,
Mais les amoureux n’entendent pas leurs meilleurs amis.
Toute la nuit, jusqu’au matin, dans cette auberge, j’ai festoyé,
Attaché à sa longe, le coursier se languissait.

Coursier blanc, coursier blanc je t’ai perdu.
Le coursier blanc dans la steppe s’est sauvé.
Coursier blanc, coursier blanc, je t’ai perdu,
Seule la neige, la neige blanche m’a enveloppée.

Au matin, la tête douloureuse, je me suis réveillé,
Je ne peux comprendre ce qui m’est arrivé.
Où est donc ma maitresse que toute la nuit j’avais enlacé ?
En plein champ, sur la neige, j’étais allongé…
Où sont donc ma besace et mes deniers ?
Aujourd’hui c’est l’hiver alors qu’hier c’était l’été.
Je voulais entrer en ville sur mon blanc coursier,
Mais la maitresse d’une auberge me souriait.

Coursier blanc, coursier blanc je t’ai perdu.
Le coursier blanc dans la steppe s’est sauvé.
Coursier blanc, coursier blanc, je t’ai perdu,
Seule la neige, la neige blanche m’a enveloppée.

Traduction : Sarah P. Struve

Repost 0
3 juin 2011 5 03 /06 /juin /2011 17:12

"Та, Которую Я Люблю – Ta kotoruiu ïa liubliu - Celle que j’aime" fut édité pour la première fois en 1996 dans le double album " Сезон для змей – Sésone dlïa zmeï – saison à serpent" album enregistré durant un concert donné par Boris Grebenchikov et son groupe Akvarium, le 25 septembre 1996 au Palais de la culture Gorbounov de Moszcou. Le vidéogramme ci-après a été enregistré lors d’un concert donné en janvier 2010 au club « SDK maÏ – СДК маи »

sezon-dlia-zmei.jpg

Та, которую я люблю / Celle que jaime 

Boris Grebenchikov

Je rêvai d’une route vers le nord,
Je rêvai de plats pays et de silence.
Et ce fut comme si le ciel s’ouvrait,
Comme si tu regardais.
Les anges sont tous rayonnants
Et avec eux dans le rang
A côté de toi, la seule,
Celle que j’aime.

Et moi je dis – Ecoute,
Que voudrais-tu, réponds ;
Mon âme et mon corps,
Ma vie et ma mort,
Tout ce qui n’a pas été chanté déjà,
Une place dans ton paradis :
Seulement, rends-moi
Celle que j’aime.

Au fond du cœur, il y a un peu de lumière,
Une ampoule de trente watts.
Elle finira aussi par brûler.
En chercher une nouvelle, c’est, descendre en enfer :
Et moi, toujours, je danse sans regarder,
Sur une arête glacée,
Et seule me retient,
Celle que j’aime.

Ce qu’il y a devant moi, je ne sais,
Mais je connais ma destinée,
Voilà qu’elle m’attend seule,
Celle que j’aime.

Traduction : Sarah P. Struve

Repost 0
28 mai 2011 6 28 /05 /mai /2011 18:31

Cette chanson populaire russe n’a pas d’auteur connue. Le mode de chant, la structure de sa mélodie, la fait remonter, sans doute, vers la deuxième partie du XVIII° siècle où, au plus tard, au tout début du XIX°. Elle est ici interprétée par Pélaguéïa et le folk-théâtre « Zabaïkalié – Transbaïralie » folk-théâtre créé en 2002 à Tchita. Comme d’habitude Pélaguéïa nous donne à visiter un folklore russe qui remonte aux sources profondes de la musique première de la terre russe. L’apport de sonorités  contemporaines ne faisant que souligner la rigueur et la pureté  de cette ancienne musique populaire russe  peu connue en occident.

pelahura sibirski

__________________

Ой, да ты, калинушка.  / Oh,  toi, Petit obier.

Chanson populaire

Oh,  toi, Petit obier,
Toi, rouge baie!
Oh,  toi ne te tiens pas, ne te tiens pas
Sur la montagne escarpée.

Oh,  toi ne te tiens pas, ne te tiens pas
Sur la montagne escarpée.
Oh, ne laisse pas, même une feuille, aller
Dans la mer bleutée.

Oh, ne laisse pas, même une feuille, aller
Dans la mer bleutée.
Oh, dans la mer bleutée
Un navire file.

Oh, dans la mer bleutée
Un navire file,
Oh, un navire file
Au point que l’eau rugie.

Oh, un navire file
Au point que l’eau rugie.
Oh, sur ce navire
Deux régiments de soldats

Oh, sur ce navire
Deux régiments de soldats
Oh, deux régiments de soldats,
De jeunes gars.

Traduction : Sarah P. Struve

Repost 0
Published by Sarah. P. Struve - dans Pélaguéia - Пелагея
commenter cet article
20 mai 2011 5 20 /05 /mai /2011 11:00

 Cette chanson d'éléna Vaènga " Реснички - Resnitchki - Les cils " a été publiée dans son premier album " Портрет - Portait " paru en 2003. Eléna Vaènga dont les textes naviguent avec bonheur entre rock-romances et chansons populaires, nous donne à visiter cette fois-ci, une chanson aux tonalités purement populaire et, comme toujours, à la beauté ciselée.

    vaenga    

    Реснички / Les cils

Parole & musique Eléna Vaènga

Et moi, je peindrai mes lèvres
Et recourberai mes cils
Et mes petits yeux deviendront,
Comme ceux de la renarde, malicieux
Et, j’irai me promener
Le long de ta ruelle
Et, près de ta maison,
Voilà que je m’arrêterai.

Voilà que je m’arrêterai
Et, sévèrement, je regarderai,
- Pourquoi donc - Je te demanderai-
Ne tiens tu pas parole ?
Tu ne tiens pas parole
Et, jusqu'à moi tu ne viens,
Tu regardes une autre
Et t’affiches avec elle.

Je ne verserai pas même une petite larme,
Même si le cœur aura mal.
Et, de moi on se moque,
Elle est contente, la rivale,
Vas donc jusqu’'à sa maison,
Pavanes toi avec elle,
Mais, saches que je t’aimerai
Plus fort, d’année en année.

Et moi je peindrai mes lèvres
Et recourberai mes cils,
Et mes petits yeux deviendront,
Comme ceux de la renarde, malicieux
Et j’irai me promener
Le long de ta ruelle
Et près de ta maison
Voilà que je m’arrêterai.

Traduction : Sarah P. Struve.

Repost 0
22 avril 2011 5 22 /04 /avril /2011 13:41
Эх дороги... / Les chemins...
L. Ochanine:

Oh, Les chemins ...
Poussière, brouillard,
Froids et effrois
Et toujours la steppe tempétueuse.
Tu ne peux connaître
Ta destinée.
Peut être, au milieu de la steppe,
replieras tu tes ailes.

Sous les bottes tourbillonne la poussière,
Le long de la steppe,
à travers les champs.
Tout autour dansent les flammes,
sifflent les balles.

Oh, Les chemins...
Poussière, brouillard,
Froids et effrois.
Et toujours la steppe tempétueuse.
Un coup de feu éclate,
Un corbeau s’envole,
Dans les herbes folles,
Ton frère gît mort.

Et la route s’en va plus loin,
S’empoussière,
Tourneboule,
Et tout autour, la terre fume,
Une terre étrangère.

Oh, les chemins...
Poussière, brouillard,
Froids et effrois.
Et toujours la steppe tempétueuse.
Une pinède familière
Le soleil se lève,
Au perron de la maison,
Une mère attend son enfant.

De part les routes sans fin,
Les steppes,
Les champs,
regardent Toujours à notre suite,
Les yeux maternels

Oh, Les chemins…
Poussière, brouillard,
Froid et effroi,
Et toujours la steppe tempétueuse.
La neige ou le vent,
Souvenons nous amis,
Pour nous autres,
Ces routes là,
Ne peuvent être oubliées.

Traduction Sarah P.Struve.

Repost 0
2 avril 2011 6 02 /04 /avril /2011 19:44

 "Три окна - Tri okna –Trois fenêtres" fut interprété pour la première fois par Andreï Makarevitch et son groupe "Mащина времени - Machina vremeni – La machine à explorer le temps" en 1980 dans le rock Opéra "Маленький принц – Malénkyi prints – Le petit prince" d’après l’œuvre de Saint Exupéry.

Malenki-prints.jpgDans ce rock opéra les chansons du groupe entrelacent des extraits du texte de Saint Exupéry. De ce rock opéra un double album éponyme, fut édité.

____________________________

Три окна / Trois fenêtres

Paroles & musique : A. Makarevitch 

J’ai oublié les tempêtes et le tonnerre,
Maintenant, le silence m’est plus cher,
Et je vis dans une très, très vieille maison
D’où s’ouvrent trois fenêtres.

La première fenêtre donne dans un champ,
Dans le champ de nos meilleures années,
Dans ce champ, de douleur, il n’y en a jamais,
Et toute question trouve sa réponse.

Là-bas le soleil brille jours et nuits,
Été comme Hiver, la terre fleurie,
Sans jamais grandir, des enfants jouent, là-bas
Et, l’un d’entre eux, est certainement moi.

Et la seconde fenêtre s’ouvrit sur la forêt,
La sombre forêt s’éleva jusqu’aux cieux,
Pour se protéger du soleil, la forêt érigea un rideau.
Des interrogations, la forêt cacha les réponses.

La vie, là-bas, se passe selon les lois de la forêt
Moi, de chaque buisson, je m’effrayai,
Passant par des sentiers ignorés,
A l’heure où descendait l’obscurité.

La troisième fenêtre s’ouvre sur l’océan,
D’un souffle régulier respire l’océan,
Derrière lui, de sauvages pays
Et personne n’a vu ces pays.

L’océan et immense telle l’éternité,
Et la vague est puissante de tant de paix,
Quant dans la vieille maison, je me sens à l’étroit,
Au prés de la troisième fenêtre, je m’assois.

En eau vive, la neige se transformera,
La fumée, en un nuage argenté, se métamorphosera,
Ta maison deviendra ton propre toit,
De ruines, un temple, on vous érigera.

Tout combat, un jour doit cesser,
Il n’y a pas de raison de douter de gagner,
Un bouquet de mots-fleurs, j’attraperais,
À vous mes amis, je l'offrirai.

Traduction : Sarah P.Struve

Repost 0

Présentation

  • : STENGAZETA - ПАРИЖСКАЯ СТЕНГАЗЕТА
  • STENGAZETA - ПАРИЖСКАЯ СТЕНГАЗЕТА
  • : Le mot « Stengazeta » est un acronyme voulant dire « journal mural ». Stengazeta de Paris publie des traductions de chansons russes contemporaines et/ou populaires, ainsi que des articles d'opinions. Il m’a semblé utile, de faire percevoir à travers ce blog, la Russie et ses cultures, hors du prisme propagandiste et réducteur que véhiculent les pouvoirs politiques, économiques & médiatiques occidentaux. S. P Struve
  • Contact

Ruski tchas

 

Recherche

Catégories