Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 juillet 2010 5 16 /07 /juillet /2010 18:20

Petersbursk orchestrei"Утомленноесолнце – Outomlionoïé solntce - Soleil trompeur"- est une chanson russe dont les paroles furent écrites par Iossif Alveka sur la musique d’un tango polonais ("Tо ostatnia niedziela  - " dont le compositeur est Jerzy  Petersburski -  tango très populaire en Pologne dans la période de l’entre deux guerres. - Soleil trompeur fut joué Pour la première fois en Union Soviétique, en 1937, par l'orchestre de jazz d'Alexandre Tsfasman et le chanteur Pavel Mikhaïlov et  éditée la même année sous le titre "Расставание – Rastavaniè – Séparation". Par la suite la chanson fut interprétée par un grand nombre de chanteurs dont Léonid Outiossov et  Iossif Kobson,.

En Russie ce tango de Petersburski eut une grande popularité. À la fin des années trente, pas moins de trois versions de ce tango étaient joués à chaque fois avec des textes d’auteurs russes sans lien avec le texte de la version polonaise.

Cette chanson résonna dans nombres de film dont « trois couleurs – Blanc » de Kieslowski. Elle résonne également dans le film de Nikita Mikhalkov "Soleil  trompeur" auquel elle a donnée son nom.

 Soleil trompeur est, ici, magnifiquement interprété par la chanteuse lituanienne, Alina Orlova. soleil trompeur afiche

Утомленное солнце – Soleil trompeur

Musique J. Petersburski – Paroles : Iosif Alveka

Un soleil trompeur faisait à la mer, tendrement ses adieux
A cet instant là, tu m’avouais qu’il n’y avait plus d’amour.
Cela m’a légèrement attristé.
Sans chagrin, ni cafard.
Nous nous séparons, non, je ne me fâcherai pas,
Nous sommes fautifs tous les deux, en cela.
Un soleil trompeur faisait à la mer, tendrement ses adieux,
A cet instant là, tu m’avouais qu’il n’y avait plus d’amour.
Nous nous séparons, non, je ne me fâcherai pas,
Nous sommes fautifs, toi et moi.
Un soleil trompeur faisait à la mer, tendrement ses adieux,
A cet instant là tu m’avouais qu’il n’y avait plus d’amour.

Traduction: Sarah P. Struve.

 

Repost 0
16 juin 2010 3 16 /06 /juin /2010 23:09

La chanson « Летели облака - Liétiéli oblaka -Voguaient les nuages » est issue de l’album « метель августа - Metel avgousta - Tempête de neige d'août », album sorti en 2000. Cette chanson a été reprise par Alina Orlova de son vrai nom Alina Orlovskaïa. Chanteuse née en 1988 en RSS de Lituanie où elle vie toujours. Orlova écrit ses textes aussi bien en lituanien, qu’en russe ou en anglais, mais ne dédaigne pas d’interpréter d’autres auteurs.

Alina-orlova

- Dans le premier vidéogramme Iouri Chevrchouk et son groupe « DDT » interprète cette chanson lors d’un concert en septembre 2008, au SKK de Petersburg.

- Le second clip reprend l’interprétation d’Alina Orlova.

Chagall cheval

Летели облака
Voguaient les nuages
Юрий Шевчук / Iouri Chevtchouk

Voguaient les nuages,
Voguaient au loin,
Comme la main de maman,
Comme le tricot de papa,

Comme des poissons-paquebots,
Comme les pensées d’un idiot,
Au-dessus des miroirs de la terre
Voguaient les nuages.

Voguaient les coupoles,
Les routes et les fleurs,
Sonnant les cloches à la volée
Insouciants comme tu l’es.

Comme des gouttes de lait,
Comme bonjour et adieu,
Comme un verre de thé oublié,
Voguaient les nuages.

Voguaient des parpaings,
Soldats des murs anciens,
Les dragons des changements,
La bohème et Les tourments.

Une paisible guerre,
Un vin non amer,
Un pays triste
Où s’ouvre ta fenêtre.

Voguaient sans se presser,
Voletaient des déshabillés,
Comme une âme adolescente
En parandja brûlée.

Vers le Tào et Jérusalem,
Aux frontières de la terre,
Faute à des théorèmes idiots,
Abandonnés dans la poussière.

J’allumerai à la cuisine, la lumière
D’une malle séculaire,
Où les ailes, de longues années,
Recherchèrent leur cavalier.

Je les sortirais et les déplierais,
Sur mon dot, les accrochant,
Je laisserai aller le printemps
Et les nuages, en moi.


Traduction : Sarah P. Struve

Repost 0

Présentation

  • : STENGAZETA - ПАРИЖСКАЯ СТЕНГАЗЕТА
  • STENGAZETA - ПАРИЖСКАЯ СТЕНГАЗЕТА
  • : Le mot « Stengazeta » est un acronyme voulant dire « journal mural ». Stengazeta de Paris publie des traductions de chansons russes contemporaines et/ou populaires, ainsi que des articles d'opinions. Il m’a semblé utile, de faire percevoir à travers ce blog, la Russie et ses cultures, hors du prisme propagandiste et réducteur que véhiculent les pouvoirs politiques, économiques & médiatiques occidentaux. S. P Struve
  • Contact

Ruski tchas

 

Recherche

Catégories