Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 février 2013 6 16 /02 /février /2013 10:00

Bella_Akhmadulina_3.jpgBella Akhmadoulina est la poétesse lyrique russe signifiante de la seconde moitié du XX° siècle. Née en 1937 à Moscou d’un père Tatar, haut fonctionnaire d’Etat et d’une mère russe d’origine italienne, elle commence à écrire de la poésie alors qu’elle est encore collégienne. A l’âge de 15 ans, elle est remarquée par des critiques littéraires.

En 1959, agée de 22 ans, elle écrit le plus célèbre de ses poèmes « По улице моей – Po oulitsy moïei – Le long de ma rue ». la même année elle est exclue momentanément de l’université, car elle refuse de soutenir la campagne de diffamation contre le poète Boris Pasternak.

Bella Akhmadoulina fut également actrice, scénariste ainsi que traductrice. Elle est décédée en novembre 2010 à Peredelkino, village d’écrivains près de Moscou.

En 1975, le compositeur russe d’origine arménienne, Mikaël Tariverdiev (1931 – 1996) mit une partie de ce poème en musique et la romance résonna dans le film d’Eldar Riazanov (1927 - 2015) « L’ironie du sort » Dans ce film la chanteuse Alla Pougatcheva prête sa voix à l’actrice polonaise Barbara Brylska dans le rôle de "Nadia", pour interpréter « Le long de ma rue ». Malheureusement l’extrait du film où est chanté le poème d’Akhmadoulina n’est pas intégrable sur un blog ; aussi, ce vidéogramme est visible ici et celui où Bella Akhmadoulina récite, elle-même, son poème, ici.Akhmadoulina 2

Le vidéogramme ci-aprés reprend l’interprétation de la romance par Alla Pougatcheva.

~~~~~~~~~~~~~~

По улице моей / Le long de ma rue

Bella Akhmadoulina - Eldar Tariverdiev

 Le long de ma rue, cette année-là, 
 Résonnent des pas, mes amis s'en vont. 
 L'absurde départ de mes amis 
 À cette obscurité derrière les fenêtres, correspond. 
   
 O solitude ! Comme est dur ton caractère, 
 Etincelant tel un compas de fer, 
 Comme tu clos froidement le cercle, 
 De certitudes vaines, ne t'encombrant pas. 
   
 Laisse-moi me mettre sur la pointe des pieds dans ta forêt, 
 À cette extrémité du geste ralenti. 
 Trouver le feuillage et, du visage, le rapprocher, 
 Et ressentir l'abandon tel une félicité. 
   
 Accorde-moi le calme de tes bibliothèques, 
 De tes concerts, les motifs sévères 
 Et, sage, j'oublierai ceux 
 Qui sont morts ou ont terminés leur temps, vivants. 
   
 Et la sagesse et la tristesse, je connaîtrai. 
 Leur sens secret, me confieront, les objets, 
 La nature, sur mes épaules, s’épanchant,  
 Découvrira ses secrets d'enfant. 
   
 Et puis là, des larmes, de l’obscurité, 
 De la pauvre ignorance du temps passé, 
 De mes amis, de merveilleux traits  
 Apparaîtront et se dissolveront à nouveau.

 Traduction : Sarah P. Struve. 
Repost 0

Présentation

  • : STENGAZETA - ПАРИЖСКАЯ СТЕНГАЗЕТА
  • STENGAZETA - ПАРИЖСКАЯ СТЕНГАЗЕТА
  • : Le mot « Stengazeta » est un acronyme voulant dire « journal mural ». Stengazeta de Paris publie des traductions de chansons russes contemporaines et/ou populaires, ainsi que des articles d'opinions. Il m’a semblé utile, de faire percevoir à travers ce blog, la Russie et ses cultures, hors du prisme propagandiste et réducteur que véhiculent les pouvoirs politiques, économiques & médiatiques occidentaux. S. P Struve
  • Contact

Ruski tchas

 

Recherche

Catégories