Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 juillet 2010 5 30 /07 /juillet /2010 10:51

"можжевеловый куст  - Mozhevelovyi koust – Le buisson de genévrier," a été écrit par le poète Nikolaï Zabolotsky (1903 – 1958) et a été mis en musique par Alexandre Soukhanov qui l’interprète dans le vidéogramme ci-après. A. Soukhanov est un barde et un mathématicien. Il  est né en 1952 à Saratov, dans l’enfance Soukhanov a étudié la musique et plus particulièrement le violon. En 1974 il termine des études de mathématiques mécaniques; depuis 1981 il travaille à l’Université d’Eta Lomonossov. À partir de 1969, Alexandre Soukhanov commence à mettre en musique tant ses propres poèmes que ceux d’autres auteurs, de Pouchkine à Vertinski.

 

~~~~~~~~~~~~ 

Можжевеловый куст  / Buisson de genévrier

Un poème de Nikolaï Zabolotsky (1957)

J’ai vu en rêve un buisson de genévrier,
Au loin, un craquement métallique, J’ai discerné,

Le son de baies améthyste,  j’ai entendu
Et dans mon rêve, au creux du silence, il m’a plu.

Au creux de mon rêve, l’odeur de la sève, J’ai humé
Ecartant les branches peu élevées
Dans l'obscurité broussailleuse, j’ai remarqué
Le semblant de ton sourire, à peine, il vivait.

Buisson de genévrier, buisson de genévrier,
Le murmure figé de lèvres trompeuses,
Le murmure léger, à peine audible, de ta sève,
Qui, pareil à une aiguille mortelle,  m’a transpercé!

Derrière ma fenêtre, dans les cieux dorés,
Les nuages, l’un après l’autre, s’en vont,
Survolant mon jardin sans vie,  à l’abandon …
Que Dieu te pardonne, buisson de genévrier !

Traduction : Sarah P. Struve 

Partager cet article
Repost0
13 juillet 2008 7 13 /07 /juillet /2008 13:24

Ah, guerre, qu’as-tu donc fait, lâche !
Nos cours sont devenues calmes.
Nos garçons ont redressé la tête,
ils ont mûri plus tôt.
On distinguait à peine leurs silhouettes sur la route,
ils sont partis - un soldat derrière l’autre...
Au revoir, les garçons !
Les garçons,
essayez de revenir vivants !
Non, ne vous cachez pas, soyez grands,
n’épargnez ni les balles, ni les grenades,
ne vous ménagez pas, mais quand même
essayez de revenir vivants !
Ah, guerre, qu’as-tu donc fait, lâche !
A la place des noces - des séparations et de la fumée.
Nos filles ont fait cadeau de leurs robes
Blanches à leurs petites soeurs
Les bottes...Comment ne pas les voir !
Et les ailes vertes des épaulettes...
Vous vous ficherez des cancans, les filles,
nous leur réglerons leurs comptes ensuite !
Qu’ils affirment que vous ne croyez en rien,
que vous allez à la guerre comme ça...
Au revoir, les filles !
Les filles,
essayez de revenir vivantes !

Traduction: Université de Toulouse Le Mirail

Partager cet article
Repost0
19 mai 2008 1 19 /05 /mai /2008 11:23
  Boulat Okoudjava ~ Lenka Korolev 
  Окуджава Булат  ~  Ленька Королев

Traduction : Le chant du monde

"Soixante ans, c'est vraiment beaucoup. J’ai toujours eux l’impression que j’avais trente ans et puis d’un seul coup ce fut la soixantaine. Je ne m’y suis pas vraiment préparé."
B. Okoudjava.
_________________________
Lenka Korolev

Dans la cour, où chaque soir jouait le tourne-disque,
où les couples dansaient, soulevant la poussière,
les jeunes respectaient beaucoup Lenka Korolev
et lui décernèrent le titre de roi.

C’était un roi, comme tous les rois, tout-puissant, et si un ami
était dans le malheur ou avait la guigne,
il lui tendait sa main royale,
sa main fidèle et le sauvait.

Mais un jour que les " messerschmidts ", comme des corbeaux,
déchirèrent le silence à l’aube,
notre roi, comme un roi, mit sa casquette, en guise de couronne,
sur le coin de l’oeil et s’en fut à la guerre.

De nouveau joue le tourne-disque et le soleil est au zénith,
et il n’y a personne pour le pleurer.
Parce que le Roi était seul - excusez,
il n’avait pas eu le temps de prendre reine.

Mais où que j’aille, quelque objet qui m’occupe,
que ce soit pour affaire ou pour me balader,
je crois toujours qu’au premier carrefour
tout à coup je vais le retrouver.

Parce que s’il est bien vrai qu’à la guerre on tue,
la terre glaise n’est pas pour Lenka,
parce que je ne peux me figurer Moscou;
excusez, sans un roi comme celui-là.

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : STENGAZETA - ПАРИЖСКАЯ СТЕНГАЗЕТА
  • : Le mot « Stengazeta » est un acronyme voulant dire « journal mural ». Stengazeta de Paris publie des traductions de chansons russes contemporaines et/ou populaires, ainsi que des articles d'opinions. Il m’a semblé utile, de faire percevoir à travers ce blog, la Russie et ses cultures, hors du prisme propagandiste et réducteur que véhiculent les pouvoirs politiques, économiques & médiatiques occidentaux. S. P Struve
  • Contact

Ruski tchas

 

Recherche

Catégories