Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 décembre 2014 1 15 /12 /décembre /2014 14:10

    « La nuit est tombée (Tango d’adieu) » est une chanson cosaque qui fut retranscrite par Iouri Chtcherbakov. La vidéo ci-après est extraite du concert que Chtcherbakov donna dans un club d’Odessa le 8 février 2013. Un peu plus d’un an après ce concert, le 2 mai 2014, c’est sur Odessa et sur l’ensemble du sud-est de l’Ukraine;la Novorussie, que la nuit est tombée.

  Iouri Chtcherbakov est né en 1972, Il est issu d’une lignée de cosaques du fleuve Khoper. chansonniers de père en fils. Iouri Chtcherbakov a fait de nombreuses recherches ethnographiques sur la chanson cosaque, qu’il a aidée à faire renaitre.

Chtcherbakov-2.jpgVoici un extrait d’un article  sur cet accordéoniste-chanteur d’exception :
"Dans le film de Nikita Mikhalkov, « Soleil trompeur 2- La citadelle » il y a une scène où des soldats soviétiques d’un bataillon disciplinaire, partent à l’attaque d’un fort allemand, avec seulement des bâtons dans les mains, au son d’un accordéoniste chantant et jouant ; cet accordéoniste est interprété par Iouri Chtcherbakov.
Dans le milieu du cinéma russe, circule une légende disant que le cosaque  du Don, Iouri Chtcherbakov a envoyé à Mikhalkov, un peu comme une bouteille à la mer, un CD avec ses chansons. Ce disque a trainé longtemps dans la voiture du metteur en scène et puis, un jour, Mikhalkov a écouté quelques-unes de ses chansons, tout en roulant. En réalité, Chtcherbakov n’a pas envoyé son disque à Mikhalkov et ce dernier découvrit les interprétations de l’accordéoniste, par hasard. En fait lorsqu’on appela Chtcherbakov de Moscou, il pensa que c’était un canular.
- Avec l’ensemble « Stanitsa,» où je travaille, nous étions en route pour une tournée à Astrakhan - raconte Chtcherbakov – mon portable sonna et une jeune fille me dit à l’appareil qu’elle appelait de la part de Mikhalkov, j’ai tout de suite pensé que c’était une blague et j’ai répondu très sérieusement que nous étions en train de manger, de me rappeler plus tard. J’ai pensé qu’elle ne rappellerait pas, mais elle a rappelé…

Iouri Chtcherbakov a commencé à jouer de l’accordéon, alors qu’il était enfant dans une école musicale de la ville de Voljsk en République de Mari El, mais laissa tomber au bout d’un an. Plus tad il a essayé de faire de la musique, alors qu’il était au lycée à Volgograd.
-
  C’est mon grand-père qui m’a appris à jouer de l’accordéon, nous vivions alors dans la circonscription de Novoanninsk et c’est mon autre grand-père qui m’offrit mon premier accordéon. Je jouai les chansons à l’oreille, - se souvient-il.

Chtcherbakov a commencé à jouer dans des ensembles folkloriques, alors qu’il n’avait pas encore fait son service militaire. Il partait en expédition dans la région, avec ses amis,  afin de collecter des chansons populaires.
- Un vieux cosaque m’a donné une chanson à contrecœur. Je lui ai bêché son potager, réparé son portail : Ainsi, peu à peu, il s’est mis à parler et s’est mis à chanter. Je suis retourné le voir plus d’une fois, après, - se rappelle Chtcherbakov.
Le clou du programme de Chtcherbakov, ce sont les romances féminines. -  Aucune femme ne les jouera, ni ne chantera avec autant de ferveur, que Chtcherbakov – affirme le chef de chœur de l’ensemble «Stanitsa,»  Alexandre Kiyachko. – Chez lui, c’est l’âme qui chante. (…)"

Lors du concert d’Odessa, I. Chtcherbakov présenta « La nuit est tombée (Tango d’adieu) » de cette façon : « Ainsi donc frères, vous savez que le 2 février, c’est le 70° anniversaire de la bataille de Stalingrad, je voudrais avec ces chanson, rendre hommage à nos pères et grand-pères  ayant combattu durant la Grande guerre patriotique, aussi, j’aurais voulu  vous chanter tout d’abord « La nuit est tombée - Tango d’adieu.» Cette chanson a été retranscrite de Piotr kouzmitch Kozerev de la Stanitsa Baskovskaïa pas loin de la stanitsa Liochenskaïa, de la région de Rostov. Il racontait qu’avec cette chanson, « nous avons accompagnés nos pères qui partaient au front. »

~~~~~~~~~~~

Спустилась ноч / La nuit est tombée
(Tango d’adieu ~ Прощальное танго)
Romance Cosaque

 La nuit est tombée
Au-dessus des érables  endormis
La lune voguait
Au-dessus de la rivière endormis

Mais, hors tes yeux
Espiègles et amoureux,
Je ne vois, en ce soir,
Rien
devant moi.

Mon aimée,
Je te chante cette chanson…
Mon aimée
Proche est l’heure de notre séparation

Mais à l’heure du rendez-vous
Avant la route lointaine
Mon aimée, serre-moi dans tes bras,
Embrasse-moi pour la dernière fois.

Pour la dernière fois,
Je me tiens devant toi,
Pour la dernière fois,
Tes yeux, je vois.

Tes yeux tristes,
Et languis d’être séparés
Et le long de ta joue s’est mise à couler
Une larme esseulée

L’amour est passé,
Comme sont passées les jeunes années,
L’amour est passé,
Avec un autre, à cette heure, tu es.

Mais à l’heure du rendez-vous
Avant la route lointaine
Mon aimée, serre-moi dans tes bras,
Embrasse-moi pour la dernière fois.


Traduction : Sarah P. Struve

 (Cette traduction est dédiée à tous ceux qui sont tombés en défendant leur langue et leur culture, ainsi qu’a leurs proches. Aux défenseurs de la Novorussie.)

 

Repost 0
Published by Sarah. P. Struve - Струве Сара Петр - dans Chansons cosaques Iouri Chtcherbakov ~ Юрий Щербаков
commenter cet article
23 juillet 2013 2 23 /07 /juillet /2013 10:07

« Уходили мы из Крыма ~ Ukhodili my iz Kryma ~ Nous quittions la Crimée » est une romance dont le texte a été écrit à la fin des années 20 du XX° siècle par un jeune officier cosaque, ayant immigré à la fin de la guerre civile; Nikolaï Touroveroff (1899  Oblast' de Rostov - 1972 Paris). Voici ce qu’en dit Natalia Beliakova sur le site « Росийское казачество ~ Rossiiskoe kazatchestvo ~ Cosaques de Russie »
Touroverov.jpg « Essenine du Don,»  « chantre des cosaques de Russie » - Longtemps, ces appréciations flatteuses du talant de Nikolaï Touroveroff, ne raisonnaient qu’à l’étranger. Et si « le poète en Russie, est plus qu’un poète, » il est alors difficile d’estimer le rôle de ce cosaque du Don dans la vie de ceux qui durent se retrouver dans une émigration obligée et douloureuse.

Un rassembleur infatigable de l’héritage cosaque et un gardien dévoué de ses traditions, symbole pour l’européen, du cosaque russe; Voilà seulement quelques traits du portrait de Nikolaï Touroveroff, qui a su dans sa créativité, refondre sa douleur personnelle en un âpre élixir dilué de larmes, des traditions ethniques et de la fierté cosaque.
En novembre 1920, lorsque dans la rade de Sébastopol, on porta à bord d’un bâtiment, le lieutenant du régiment Ataman, gravement blessé, accompagné de son épouse et de son frère cadet, il était l’un des derniers cosaques des cinquante mille du corps du Don du général Vrangel, à embarquer. Savait-il qu’il voyait sa patrie pour la dernière fois ?
Nikolaï Touroveroff va continuellement revenir dans sa poésie, au tragisme de l’exode des gardes-blancs. La Crimée fut un tournant non seulement pour sa destinée d’homme, mais également pour sa créativité. Pour ce jeune officier à peine sortie de l’école des cadets du régiment Ataman, de ne pas tomber dans un désespoir sans fond, l’aida le désir de mettre en rimes, de conserver pour les contemporains et, peut-être aussi, pour leurs descendants, ce qui s’appelle « mémoire nationale. » Se sauvant par sa créativité, par elle, il exaltait aussi les autres. A l’étranger, il subsistait, faisant les emplois les plus obscures, d’abord en Serbie, puis en France.
Engagé dans la légion étrangère, il combattra l’envahisseur fasciste en Afrique du nord.

En 1928, Touroveroff présente son premier recueil de poésie sous un nom simple et contenant : "Путь ~ Pout’ ~ La voie" Dans ce recueil, il y avait des textes sur cette déchirure fatale, que fut la Crimée, pour les blancs (dont le texte de "Nous quittions la Crimée".»)IzkhodLe poème - ironie du destin - sans le nom de l’auteur, était également populaire dans la Russie soviétique et le thème sur l’adieu d’un officier de la garde blanche à sa monture, a même trouvé un reflet au cinéma : En 1988, sort sur les écrans : «Служили два товарища ~ Slougyli dva tovarichtchia ~ Deux camarades, servaient » Le héros du film ;  Broussentsov (interprété par Vladimir Vissotski) n’arrive finalement pas à abattre son cheval, préférant se tirer une balle dans la tempe.»

Voici un vidéogramme où Alexandre Smyrnov interprète cette romance qu'il a lui-même mis en musique. 

~~~~~~~~~~~~

Уходили мы из Крыма / Nous quittions la Crimée

 Nikolaï Touroveroff 

Nous quittions la Crimée
Au milieu du feu et de la fumée,
Depuis la poupe, en visant mal,

Je tirais sur mon cheval
.

Et lui, il nageait, n’en pouvant plus,
Derrière la poupe élevée,

Ne sachant pas, ne croyant toujours pas
Que, ses derniers adieux, il me faisait.

Combien de fois, une seule sépulture,

Dans les combats, nous était  destinée.
Perdant ses forces, mon coursier nageait

Toujours, croyant en ma fidélité.

Mon ordonnance ne tirait pas à côté,

L’eau avait rougie légèrement…
La côte de la Crimée s’éloignant,

Jamais,  je ne pourrai l’oublier.

Traduction : Sarah P. Struve

Repost 0
Published by Sarah. P. Struve - Струве Сара Петр - dans Chansons cosaques
commenter cet article
18 octobre 2011 2 18 /10 /octobre /2011 10:57

Voici un chant traditionnel des cosaques du Don interprété par Vladimir Skuntsev et son ensemble "Казачий круг - kazatchiyi krug – le cercle cosaque" Skuntsev est un artiste autodidacte, interprète de chansons folkloriques. Il est connu pour son travail d’archive du folklore cosaque. Vladimir Skuntsev crée l’ensemble  "Kazatchiy krug " à Moscou en 1986, le répertoire de l’ensemble est constitué de plus de 300 chansons des régiments cosaques du Don, du Kouban, du Terek, de Zaporojie, de l’Oural, de Sibérie ainsi que de la Volga. La collecte de ces chants se fait Lors d’expéditions de recherches régulières effectuées par les membres de l’ensemble qui essayent d’être au plus près des traditions du chant cosaques, gardant précieusement la musicalité et le dialecte des chants originaux.

tcherny-voron.jpg"Черный ворон – Tchernyi Vorone – Noir corbeau" a été enregistré dans le premier album de l’ensemble "Казачьему роду - Kazatchemu rodu" parut en 1997 et reprenant des chants de cosaques du Don, du Terek ainsi que du Kouban. Ce C.D. fut repris dans le deuxième volume de "Антология - Anthologuia" publié en 2007.

La vidéo ci-après, est extraite de la chaine musicale de LATNO1

_______________

Чёрный ворон / Noir corbeau
(Chant mélancolique des cosaques du Don / Протяжная песня донских казаков) 

Noir corbeau, mon ami voyageur,
Où donc, si loin, as-tu volé ?
Noir corbeau, mon ami voyageur,
Où donc, si loin, as-tu volé ?

Où donc, si loin, as-tu volé ?
Toi, noir corbeau, tu m’as apporté,
Une blanche main baguée.

Une blanche main baguée...
Je suis sortie sur le perron,
Légèrement, j’ai chancelé.

Légèrement, j’ai chancelé...
Par la bague, j’ai reconnu de mon ami,
Sa main que tient le corbeau.

Cette main, la main de mon bien-aimé,
Sans doute, qu’à la guerre, il a été tué.

Sans doute, qu’à la guerre, il a été tué…
Mort, sur la terre, il est couché,
Dans un lointain pays étranger.

Dans un lointain pays étranger…
Est venu avec une pelle,
Un homme bienveillant.

Un homme bienveillant...
Dans une seule tombe, a enterré,
Deux cents quarante âmes.

Deux cents quarante âmes.
Une croix de chêne, il a planté
Et a Inscrit dessus :

« Ici reposent, des héros du Don,
Gloire aux cosaques du Don ! »
« Ici reposent, des héros du Don,
Gloire aux cosaques du Don ! »

Traduction : Sarah P. Struve

Repost 0
Published by Sarah. P. Struve - dans Chansons cosaques
commenter cet article
21 juillet 2009 2 21 /07 /juillet /2009 15:01

Cette chanson populaire casaque daterait de l’année 1783 et raconte dans sa première version l’affrontement des cosaques du Don avec la cavalerie Nogaïs. Elle a du résonner également dans le Paris de 1814.

- Durant la guerre civile, elle serait devenue la chanson de la bataille qui eu lieu en janvier 1920, entre la cavalerie cosaque blanche du général Pavlov et la première armée de cavalerie rouge de Boudionov, sur le fleuve Manytch, dans le sud de la Russie. Le nombre de cavaliers cosaques, tant du côté blanc que du côté rouge s’élevait réellement à prés de quarante milles hommes. Les blancs perdirent cette bataille et durent reculer à travers la steppe gelée vers Novorossiisk pour, au mois de mars de la même année, une terrible traversée de prés de 300 kilomètres à travers la mer noire afin atteindre la Crimée.

- Il existe un couplet qui fut chantaient par les cosaques restés fidèles au gouvernement provisoire : Aussi, commémorerons frères, nos frères fidèles / Nos frères en Christ du Terek et du Kouban. / Le Juda Trotski et le Juda Sverdlov, / Ont Crucifiés lâchement sur la croix, la mère-Russie. 

- Cette chanson fut également l’une des préférée de l’anarcho-communiste, Nestor Makhno, qui devait la ressasser dans son exile français, entre son travail de peintre en bâtiment, son logement de Vincennes et le café-tabac où il venait les dimanches, jouer au tiercé.

Voici trois interprétations de cette chanson. Dans le premier vidéogramme elle est chantée par le chœur des cosaques du Kouban  , chœur existant depuis 1811. Dans le deuxième vidéogramme la chanson est interprétée par Jeanna Bitchevskaia sur des photos d’archive. Dans la troisième vidéo, elle est interprétée par Pélagueia, une jeune chanteuse – elle est née en 1986 – de Rock-folk russe

_____________

Любо, братцы, любо…
Il fait bon, frères, il fait bon…

Chanson populaire cosaque

 

 

Comme sur le terrible Terek
Les Cosaques ont menés
Les Cosaques ont menés quarante milles chevaux.
Et la plaine s’est couverte,
Et la berge s’est couverte,
De centaines de gens sabrés, fusillés.

Il fait bon, frères, il fait bon,
Il fait bon vivre, frères !
Avec notre ataman*, On n’a pas à s'apitoyer! (bis)

Ceux que l’Ataman choisi, il les connait.
- Escadron à cheval ! Et moi, on m’a oublié.
Il leurs est échu la destinée cosaque et la liberté,
Moi, il m’est échu la terre poussiéreuse et brûlée.

Il fait bon, frères, il fait bon,
Il fait bon vivre, frères !
Avec notre ataman, On n’a pas à s'apitoyer! (bis)

Et la première balle, et la première balle,
Et la première balle, mon cheval à la patte, blessa.
Et la seconde balle, Et la seconde balle,
Et la seconde balle, au cœur, me blessa.

Il fait bon, frères, il fait bon,
Il fait bon vivre, frères !
Avec notre ataman, On n’a pas à s'apitoyer! (bis)

Ma femme s’attristera,
Epousera un autre,
Un de mes camarades, elle m’oubliera.
Dommage seulement pour la liberté
Dans le vaste petit pré,
Dommage pour mon cheval isabel et mon sabre aiguisé.

Il fait bon, frères, il fait bon,
Il fait bon vivre, frères !
Avec notre ataman, On n’a pas à s'apitoyer! (bis)

Et la pluie froide, et la pluie froide,
Et la pluie froide, mes os, lavera.
Et le noir corbeau, et le noir corbeau,
Et le noir corbeau, mes cheveux, béquètera.

(Variante du dernier couplet chanté par les cosaques du Don)
Mes boucles blondes, mes yeux clairs,
Les herbes folles et l’absinthe sauvage envahiront.
Mes os blancs, mon cœur fier,
Rapaces et corbeaux, dans la steppe disperseront.

Il fait bon, frères, il fait bon,
Il fait bon vivre, frères !
Avec notre ataman, On n’a pas à s'apitoyer! (bis)

Traduction : Sarah P. Struve.

* - Le terme « Ataman » d’après certainnes versions, vient du terme Guéîtman lui-même dérivé du mot anglo-saxon et scandinave ; « Headman » qui signifie « capitaine » Ce mot aurait transité par la Pologne avant de s’encrer en Russie. Selon une autre version, Ataman est issu de deux mots turcs, « ata » qui signifie « père » et « taman » ou « temen » qui veut dire «dix milles). C’est ainsi que les cosaques désignent le chef de la « stanitsa – village » élut par eux, qui, pendant les périodes de service et de guerre, est en même temps le commandant du régiment formé par les hommes de la stanitsa.

Repost 0
Published by stengazeta.over-blog.com - dans Chansons cosaques
commenter cet article
27 janvier 2009 2 27 /01 /janvier /2009 19:31

Le texte de cette romance cosaque est issu d’un poème de A. Maltchanov, il fut écrit en 1838, à l’époque des guerres caucasiennes, sur le « Selistrïa, » navire amiral de la flotte de la mer noire, aussi il est probable que Maltchanov était un officier de marine. Des bruits courent disant que l’officier poéte mourut lors d’un débarquement en Abkhazie.

La musique fut composée en 1840, par Nicolaï Devitté.Il existe plusieurs versions textuelles de cette romance. Ainsi le fleuve Don est souvent remplacé par d’autres noms de fleuves tel le Boug, ou le Danube (chez les russes de Bessarabie.)

 

Ce n’est pas pour moi
Не для меня

 

Казачий романс
romance cosaque

 

Ce n’est pas pour moi que viendra le printemps,

Ce n’est pas pour moi que le Don débordera,

Et le cœur d’une fille se mettra à battre follement,

Exultant de sentiments – ce n’est pas pour moi.

 

Ce n’est pas pour moi que se lèvera la lune,

Eclairant, dans les vallées, les bois,

Et un rossignol accueillant le printemps ;

Chantera là-bas, mais ce ne sera pas pour moi.

 

Ce n’est pas pour moi que bruissent les ruisseaux,

S’écoulant en flots de diamant,

Là-bas, il y a une fille aux sourcils noirs,

Elle grandira, mais pas pour moi.

 

Ce n’est pas pour moi que viendra Pâque,

La parenté se rassemblant autour de la table,

« Christ est ressuscité ! » des lèvres, se déversera,

Le jour de Pâque – ce n’est pas pour moi.

 

Ce n’est pas pour moi que fleurissent les fleurs,

Que la rose, sa couleur odorante, épanouira,

Tu cueilles une fleur, et elle se fane,

Cette sorte de vie n’est pas pour moi.

 

Pour moi, il y a un bout de plomb,

Il s’enfoncera dans mon corps blanc,

Et des larmes amères couleront :

Telle est la vie, frère, qui m’attend.

 

Traduction : Sarah P. Struve

 

Pour aller plus loin: Un blog sur le monde cosaque

Repost 0
Published by stengazeta.over-blog.com - dans Chansons cosaques
commenter cet article

Présentation

  • : STENGAZETA - ПАРИЖСКАЯ СТЕНГАЗЕТА
  • STENGAZETA - ПАРИЖСКАЯ СТЕНГАЗЕТА
  • : Le mot « Stengazeta » est un acronyme voulant dire « journal mural ». Stengazeta de Paris publie des traductions de chansons russes contemporaines et/ou populaires, ainsi que des articles d'opinions. Il m’a semblé utile, de faire percevoir à travers ce blog, la Russie et ses cultures, hors du prisme propagandiste et réducteur que véhiculent les pouvoirs politiques, économiques & médiatiques occidentaux. S. P Struve
  • Contact

Ruski tchas

 

Recherche

Catégories