Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 juin 2009 5 19 /06 /juin /2009 16:22

Comme le lait maternel, ce chant, par delà sa beauté, je l’ai absorbée dans le Paris de l’émigration russe, Il me semble, le temps passant, qu’il m’a irrigué bien avant la première parole qui fut russe.

L’auteur du poéme est Ivan Zakharovitch Sourikov (1841 – 1880) poète russe né dans la région d’Iaroslavl, dans la famille d’un serf affranchi. La poésie d’Ivan Sourikov est dans la continuation de poètes tels que Nekrassov ou Nikitine. Sa poésie reflète les états d’âme et les ressentis des pauvres des villes ainsi que de la paysannerie. Nombres de ses poèmes sont devenus des chansons populaires. Plusieurs compositeurs, dont Tchaïkovski, mirent en musique certains de ses textes. Le compositeur de « La steppe s’étend alentour » n’est pas connu.

Sourikov Ivan.jpg

Le premier vidéogramme, reprend la version du Cœur Populaire de Voronezh datant des années quarante du siècle passé  qui est l'un des plus beau et intense. Il à été glané sur le beau site d’une Moscovite, amoureuse de son pays, de sa nature et de ses romances. Elle est par ailleurs, créatrice de belles vidéos.

Dans le second vidéogramme, Jeanna Bitchevskaïa nous donne sa belle interprétation stylisée de cette chanson populaire.


Степь да степь кругом

La steppe s’étend alentour

Chanson populaire russe


La steppe s’étend alentour,
Enlisant le cœur de tristesse.
A propos de la large steppe,
Chante le cocher

Comme dans cette steppe
Mourait un cocher
Et, à son camarade, il donnait
Ses dernieres volontés.

« Toi, mon camarade !
Ne te souviens pas en mal,
Ne te souviens pas en mal,
Enterres
-moi.

Enterres-moi,
Ici, dans la steppe profonde;
Mes chevaux moreaux
Ramènes-les à la maison.

Ramènes-les à la maison,
Rends-les au père,
Apporte à la mère
Mon salut profond.

Et à ma jeune épouse,
Transmets, mon ami,
Qu’à la maison,
elle ne m’attende plus
.

Et encore, en guise
D’un petit mot d’adieu:
Transmets-lui, de nos fiançailles,
L'anneau.

Celui qui pour son cœur sera bon,
Qu'avec lui, elle se marie
Qu’ils se fiancent,
Avec mon anneau.

La steppe s’étend alentour,
Enlisant le cœur de tristesse.
A propos de la large steppe,
Chante le cocher.

Traduction: Sarah P. Struve

Repost 0
Published by stengazeta.over-blog.com - dans Chansons populaires russes
commenter cet article
22 octobre 2008 3 22 /10 /octobre /2008 16:45

"Уральская рябинушка - Ouralskaïa riabina - Le sorbier de l’Oura" est une chanson datant des années 50 du siècle précédant. Elle est le prototype de la chanson populaire russe/soviétique de cette époque. Evgueni Rodyguine, Le compositeur de la mélodie est originaire d’Ekaterinbourg, ville qui s’appelait à l’époque, Sverdlovsk. Cette mélodie fut jugée par le directeur du cœur populaire de sverdlovsk où jouait Rodyguine, comme non représentative du folklore russe. Se regard puriste fut démentie par l’enjouement, d’abord en union soviétique, puis à travers le monde, que rencontra cette chanson qui fut traduite en plus de dix langues. Elle est un peu l’hymne de cette région du centre Oural, à la fois faite d’une magnifique nature, et d’un paysage fortement industrialisé.

Evgueni Rodyguine a actuellement 80 ans et prend tous les jours sa voiture, y compris en hiver, pour aller se baigner au lac Chaptach. Il est question de lui confier la composition musicale de l’hymne de l’oblast' de Sverdlovsk.

Sur ce vidéogramme, la chanson est interprétée par Nadejda Kadychyva et le groupe Zolotoïe koltso.

 

Le sorbier de l’Oural
Уральская Рябинушка

Musique : E. Rodyguine ~ Paroles M. Pilipenko

Traduction: lokaNova 

Le soir s'étend au-dessus de la rivière comme une douce chanson,
L'usine s'illumine de lointains éclairs de chaleur,
Quelque part, un train roule avec des points de feu,
Quelque part, sous un sorbier, des garçons m'attendent.
Oh, sorbier frisé aux fleurs blanches,
Oh, sorbier, petit sorbier, pourquoi es-tu triste ?

A peine les sonneries se perdent-elles au-dessus de l'eau,
Que je regagne le petit sorbier par un sentier escarpé.
Le vent souffle sans fin sous le sorbier frisé ;
A ma droite, les boucles du tourneur, à ma gauche, celles du forgeron.
Oh, sorbier frisé aux fleurs blanches,
Oh, sorbier, petit sorbier, pourquoi es-tu triste ?

La journée, à l'atelier, de courtes rencontres ardentes ;
Mais le soir, nous nous retrouvons, nous nous asseyons et nous taisons.
Les étoiles d'été observent en silence les garçons,
Et elles ne disent pas, ces lumineuses, lequel d'entre eux est le plus aimable.
Oh, sorbier frisé aux fleurs blanches,
Oh, sorbier, petit sorbier, pourquoi es-tu triste ?

Lequel d'entre eux est le plus désiré, duquel prendre la main ?
Le cœur inquiet, je n'y comprends rien,
Les deux garçons sont braves, les deux sont bons,
Gentil petit sorbier, guide mon cœur !
Oh, sorbier frisé aux fleurs blanches,
Oh, sorbier, petit sorbier, pourquoi es-tu triste ?

____________________________________________

Repost 0
Published by stengazeta.over-blog.com - dans Chansons populaires russes
commenter cet article
17 octobre 2008 5 17 /10 /octobre /2008 18:33

Voici une chanson populaire russe, interprétée sur l’audiogramme par l’ensemble « Zolotoie koltso » (l’anneau d’or,) du nom de cette région au nord-est de Moscou, délimitée par d’enciennes villes russes, véritable musée à ciel ouvert où se concentre une grande part de l’histoire du moyen âge russe. L’auteur de cette chanson est inconnu. Le vidéogramme qui suit est interprété par Nadejda Kadycheva et Larissa Dolina (chanteuse de jazz et actrice.)

ivouchki.jpg

Ивушки / Petits saules

Saules, petits saules,
Verts Arbrisseaux,
Qu’avez-vous donc fait ?
À l’amour, avez répondu.

Auprès du haut perron,
J’ai rencontrée un faucon,
Je l’ai rencontré et l’ai cru,
À l’amour, j’ai répondu.

Se balance la barque,
Aborde la berge,
Aborde la berge,
Et l'amour s’en va.

Saules, petits saules,
Verts Arbrisseaux,
Qu’avez-vous donc fait ?
À l’amour, avez répondu.

Traduction: Sarah P. Struve

Repost 0
Published by stengazeta.over-blog.com - dans Chansons populaires russes
commenter cet article

Présentation

  • : STENGAZETA - ПАРИЖСКАЯ СТЕНГАЗЕТА
  • STENGAZETA - ПАРИЖСКАЯ СТЕНГАЗЕТА
  • : Le mot « Stengazeta » est un acronyme voulant dire « journal mural ». Stengazeta de Paris publie des traductions de chansons russes contemporaines et/ou populaires, ainsi que des articles d'opinions. Il m’a semblé utile, de faire percevoir à travers ce blog, la Russie et ses cultures, hors du prisme propagandiste et réducteur que véhiculent les pouvoirs politiques, économiques & médiatiques occidentaux. S. P Struve
  • Contact

Ruski tchas

 

Recherche

Catégories