Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 février 2009 1 16 /02 /février /2009 18:02

Cette chanson, Igor Talkov la chanta lors de son dernier concert, le 6 octobre 1991 à Saint Petersburg, à la fin du quel, il fut assassiné. l’enregistrement de ce concert a été édité sous le nom de « Последний концерт – Poslednii koncert - dernier concert» Pluie d'été fut reprise en 1996 dans l’album « Память – Pamîat’ – Mémoire » puis à nouveau réèdité dans un nouvel album collector dédié à son épouse, Tania : « Моя Любовь –Moïa lioubov –Mon amour »

Talkov-last-koncert.jpg

 Летний дождь,

Pluie d’été

Igor Talkov - И́горь Талько́в

La mémoire ne m'harcelle déjà plus
Ni ne me persécutent, les pensées,
Je t’accompagne,
Vers d’autres rives.
Tu es un oiseau migrateur,
Cherchant le bonheur en chemin,
Tu t’en vas pour prendre congé,
Et, à nouveau, t’en aller.

Pluie d’été, la pluie d’été,
A débuté tôt ce matin.
Pluie d’été, la pluie d’été,
De mon âme, lavera la blessure.
Nous nous attristerons avec elle, ensemble,
Auprès d’une fenêtre aveugle.
Pluie d’été, La pluie d’été,
Me chuchote doucement et simplement,
Que tu viendras, tu viendras,
Tu viendras, mais il sera trop tard.
L’inadéquation du temps, c’est un drame éternel,
Où il y a lui et elle.

Je finirai par ne plus rêver de toi,
Très bientôt, et puis après,
D’un nouveau rêve s’illuminera, ma maison fanée.
Que l’on ne peut chercher l’amour, tout en le fuyant,
Avec les ans, tu le comprendras,
Mais, pour l’instant, tu n’entends rien,
Et, il est impossible de te ramener.

Pluie d’été, la pluie d’été,
A débuté tôt ce matin.
Pluie d’été, la pluie d’été,
De mon âme, lavera la blessure.
Nous nous attristerons avec elle, ensemble,
Auprès d’une fenêtre aveugle.
Pluie d’été, La pluie d’été,
Me chuchote doucement et simplement,
Que tu viendras, tu viendras,
Tu viendras, mais il sera trop tard.
L’inadéquation du temps, c’est un drame éternel,
Où il y a lui et elle.

Traduction : Sarah P. Struve

Repost 0
19 juin 2008 4 19 /06 /juin /2008 12:32

talkov3.jpgIgor Talkov est né en 1956, d’une famille d’origine noble ; Son grand-père fut ingénieur militaire et officier de l’armée tsariste. Ses parents furent selon l’expression consacrée : « réprimés » et se rencontrèrent sur leur lieu de détention. Après leur réhabilitation, la famille fut reléguée dans un village ouvrier dans l’oblast’ de Toula où naquit Igor. Au collège Talkov jouait dans un groupe ‘Les guitaristes » Apres la fin de ses études, attiré par le théâtre, il monta à Moscou afin de faire des études théâtrales. À partir de 1973, Igor Talkov commença à écrire des chansons. Il chanta pour la premiere fois ses textes sur scène en 1975.

En 1983 l’avion dans le quel il se rendait avec son groupe à un concert à Tioumen, fut pris dans un orage. Voyant que tout le monde s’inquiétait, il dit : « Ne vous inquiétez pas. Tant que vous êtes avec moi, vous ne mourez pas. On me tuera dans une grande foule, et l’on ne retrouvera pas mon assassin. »Le 6 octobre 1991 à Saint-Pétersbourg durant un concert, Igor Talkov fut abattu. Son meurtrier présumer, se réfugiant à l’étranger, ne pu jamais être extradé, ni jugé.

Igor Talkov, bien que pratiquement méconnu en occident, fut, à la charnière de la fin des années 80 et du début des années 90 du siècle passé, un poète et chanteur signifiant en Russie au moment où celle ci devenait indépendante, et que disparaissait l’URSS. Sa mort prématurée ne lui permis pas de vivre ses nouveaux et douloureux « temps des troubles » qui s’achevèrent avec la venue du nouveau siècle et la renaissance de la Russie.

 

Igor Talkov

Russie ~  Россия

(1989)

Feuilletant le vieux cahier
D’un général fusillé
Je m’efforçais de comprendre en vain,
Comment as-tu pu te laisser,
Par les vandales, écarteler.
De la sombre profondeur des siècles,
Immence, tu te levais,
Ton Pètersbourg réconciliait les ennemis
De par la bravoure héroïque de tes régiments,
Au siècle "d’or" de Catherine.

Russie !

A travers la musique sacrée des temps,
Au dessus de Moscou aux coupoles d’or,
Ruisselait la sonnerie des carillons,
Mais même la plus douce d’entre elles,
A certains, ne donnait pas la paix.
Et les coupoles d’or
Éblouissaient l’œil noir :
Tu excitais les forces du mal,
Tu les as tant importunés,
Qu’elles voulurent t’aveugler.

Russie !

Les cieux s’ouvrirent avec fracas,
Et se jetèrent en glapissant,
Coupant les têtes aux églises
Et glorifiant un nouveau tsar,
Des Judas nouveaux venus.
Ils te ligotèrent d’un étendard pourpre,
Te jettant à genoux,
La hache scintilla au dessus du bourreau,
Et la sentence fut lue
Par le tsar sanglant, l’immense… génie.

Russie !

Feuilletant le vieux cahier
D’un général fusillé
Je m’efforçais de comprendre en vain,
Comment as-tu pu te laisser,
Par les vandales, écarteler.
O, cahier d’un général,
Renaissance d’une vérité oubliée,
Comme il est pénible de te lire
Pour la génération trompée.

Traduction : Sarah P. Struve

Repost 0

Présentation

  • : STENGAZETA - ПАРИЖСКАЯ СТЕНГАЗЕТА
  • STENGAZETA - ПАРИЖСКАЯ СТЕНГАЗЕТА
  • : Le mot « Stengazeta » est un acronyme voulant dire « journal mural ». Stengazeta de Paris publie des traductions de chansons russes contemporaines et/ou populaires, ainsi que des articles d'opinions. Il m’a semblé utile, de faire percevoir à travers ce blog, la Russie et ses cultures, hors du prisme propagandiste et réducteur que véhiculent les pouvoirs politiques, économiques & médiatiques occidentaux. S. P Struve
  • Contact

Ruski tchas

 

Recherche

Catégories