Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 mai 2019 2 14 /05 /mai /2019 09:45

«Искры камина ~ Iskry kamina ~ Les étincelles du foyer » est une romance dont les auteurs restent inconnus, elle semble dater du début du XX° siècle. Cette romance est populaire et nombre d'interprètes l'ont chantés et continuent à la chanter. Comme pour toute chanson populaire, il existe diverses variantes du texte.

Le vidéogramme, ci-après, reprend la variante interprétée par Iouri Chtcherbakov, que Stengazeta a déjà présenté dans l'article consacré à la romance "La nuit est tombée (Tango d’adieu.)"

La romance "Les étincelles du foyer"  est publié sur l'album de Iouri et Natalia Chtcherbakov : "Ох любовь ты любовь ~ Okh liubov ty liubov.

~~~~~~~~~~~~~~~

 

Искры камина ~ Les étincelles du foyer
Romance / Романс

Les étincelles du foyer brûlent telles des rubis,
S'envolent en fumerolles bleutées.
D'un jeune et joyeux adolescent,
Je suis devenu morose, malade aux cheveux blancs.

Où prendre des forces, puisque ma jeunesse s'est dilapidée,
Où prendre des forces, où donc puis-je aller.
J'irais de par cette route piétinée,
Là, où tu ne me retrouveras jamais.

La vie a filé multicolore et joyeuse,
La vie a filé de festins en agapes joyeuses,
Seulement une scélérate vers minuit, s'est insinuée,
S'est insinué près de mon cœur, un amour enivré

Peut-être, que tu trouveras un autre ami,
Que tu aimeras plus fort, que tu ne m'aimas
Mais, impossible d’éteindre l'incendie qui brûle en moi
Impossible de le noyer du feu amer de la vodka

Peut-être, nous en irons nous par différents sentiers,
Tout le bonheur, tu le trouveras auprès de ton aimé,
Non, je n'irais pas avec toi aux yeux gris,
Partager malheur et triste ennui.

Traduction: Sarah P. Struve

Partager cet article
Repost0
15 décembre 2014 1 15 /12 /décembre /2014 15:10

    « La nuit est tombée (Tango d’adieu) » est une chanson cosaque qui fut retranscrite par Iouri Chtcherbakov. La vidéo ci-après est extraite du concert que Chtcherbakov donna dans un club d’Odessa le 8 février 2013. Un peu plus d’un an après ce concert, le 2 mai 2014, c’est sur Odessa et sur l’ensemble du sud-est de l’Ukraine;la Novorussie, que la nuit est tombée.

  Iouri Chtcherbakov est né en 1972, Il est issu d’une lignée de cosaques du fleuve Khoper. Chansonniers de père en fils. Iouri Chtcherbakov a fait de nombreuses recherches ethnographiques sur la chanson cosaque, qu’il a aidée à faire renaitre.

Chtcherbakov-2.jpgVoici un extrait d’un article  sur cet accordéoniste-chanteur d’exception :
"Dans le film de Nikita Mikhalkov, « Soleil trompeur 2- La citadelle » il y a une scène où des soldats soviétiques d’un bataillon disciplinaire, partent à l’attaque d’un fort allemand, avec seulement des bâtons dans les mains, au son d’un accordéoniste chantant et jouant ; cet accordéoniste est interprété par Iouri Chtcherbakov.
Dans le milieu du cinéma russe, circule une légende disant que le cosaque  du Don, Iouri Chtcherbakov a envoyé à Mikhalkov, un peu comme une bouteille à la mer, un CD avec ses chansons. Ce disque a trainé longtemps dans la voiture du metteur en scène et puis, un jour, Mikhalkov a écouté quelques-unes de ses chansons, tout en roulant. En réalité, Chtcherbakov n’a pas envoyé son disque à Mikhalkov et ce dernier découvrit les interprétations de l’accordéoniste, par hasard. En fait lorsqu’on appela Chtcherbakov de Moscou, il pensa que c’était un canular.
- Avec l’ensemble « Stanitsa,» où je travaille, nous étions en route pour une tournée à Astrakhan - raconte Chtcherbakov – mon portable sonna et une jeune fille me dit à l’appareil qu’elle appelait de la part de Mikhalkov, j’ai tout de suite pensé que c’était une blague et j’ai répondu très sérieusement que nous étions en train de manger, de me rappeler plus tard. J’ai pensé qu’elle ne rappellerait pas, mais elle a rappelé…

Iouri Chtcherbakov a commencé à jouer de l’accordéon, alors qu’il était enfant dans une école musicale de la ville de Voljsk en République de Mari El, mais laissa tomber au bout d’un an. Plus tad il a essayé de faire de la musique, alors qu’il était au lycée à Volgograd.
-
  C’est mon grand-père qui m’a appris à jouer de l’accordéon, nous vivions alors dans la circonscription de Novoanninsk et c’est mon autre grand-père qui m’offrit mon premier accordéon. Je jouai les chansons à l’oreille, - se souvient-il.

Chtcherbakov a commencé à jouer dans des ensembles folkloriques, alors qu’il n’avait pas encore fait son service militaire. Il partait en expédition dans la région, avec ses amis,  afin de collecter des chansons populaires.
- Un vieux cosaque m’a donné une chanson à contrecœur. Je lui ai bêché son potager, réparé son portail : Ainsi, peu à peu, il s’est mis à parler et s’est mis à chanter. Je suis retourné le voir plus d’une fois, après, - se rappelle Chtcherbakov.
Le clou du programme de Chtcherbakov, ce sont les romances féminines. -  Aucune femme ne les jouera, ni ne chantera avec autant de ferveur, que Chtcherbakov – affirme le chef de chœur de l’ensemble «Stanitsa,»  Alexandre Kiyachko. – Chez lui, c’est l’âme qui chante. (…)"

Lors du concert d’Odessa, I. Chtcherbakov présenta « La nuit est tombée (Tango d’adieu) » de cette façon : « Ainsi donc frères, vous savez que le 2 février, c’est le 70° anniversaire de la bataille de Stalingrad, je voudrais avec ces chansonы, rendre hommage à nos pères et grand-pères  ayant combattu durant la Grande guerre patriotique, aussi, j’aurais voulu  vous chanter tout d’abord « La nuit est tombée - Tango d’adieu. » Cette chanson a été retranscrite de Piotr kouzmitch Kozerev de la Stanitsa Baskovskaïa pas loin de la stanitsa Liochenskaïa, de la région de Rostov. Il racontait qu’avec cette chanson, « nous avons accompagnés nos pères qui partaient au front. »

~~~~~~~~~~~

Спустилась ноч / La nuit est tombée
(Tango d’adieu ~ Прощальное танго)
Romance Cosaque

 La nuit est tombée
Au-dessus des érables  endormis
La lune voguait
Au-dessus de la rivière endormis

Mais, hors tes yeux
Espiègles et amoureux,
Je ne vois, en ce soir,
Rien
devant moi.

Mon aimée,
Je te chante cette chanson…
Mon aimée
Proche est l’heure de notre séparation

Mais à l’heure du rendez-vous
Avant la route lointaine
Mon aimée, serre-moi dans tes bras,
Embrasse-moi pour la dernière fois.

Pour la dernière fois,
Je me tiens devant toi,
Pour la dernière fois,

Je vois tes yeux.

Tes yeux tristes
Et, languis d’être séparés
Et, le long de ta joue, s’est mise à couler
Une larme esseulée

L’amour est passé,
Comme sont passées les jeunes années,
L’amour est passé,
Avec un autre, à cette heure, tu es.

Mais à l’heure du rendez-vous
Avant la route lointaine
Mon aimée, serre-moi dans tes bras,
Embrasse-moi pour la dernière fois.


Traduction : Sarah P. Struve

 (Cette traduction est dédiée à tous ceux qui sont tombés en défendant leur langue et leur culture, ainsi qu’a leurs proches. Aux défenseurs de la Novorussie.)

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : STENGAZETA - ПАРИЖСКАЯ СТЕНГАЗЕТА
  • : Le mot « Stengazeta » est un acronyme voulant dire « journal mural ». Stengazeta de Paris publie des traductions de chansons russes contemporaines et/ou populaires, ainsi que des articles d'opinions. Il m’a semblé utile, de faire percevoir à travers ce blog, la Russie et ses cultures, hors du prisme propagandiste et réducteur que véhiculent les pouvoirs politiques, économiques & médiatiques occidentaux. S. P Struve
  • Contact

Ruski tchas

 

Recherche

Catégories