Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 octobre 2014 4 09 /10 /octobre /2014 16:20

« Сестра /Sestra ~ infirmière » est une chanson du groupe Lioubè, d’après un poème de Sergueï Kopytine. Elle parle de la Première Guerre mondiale.
En 2007, à Saint Petersburg, la maison d’édition « le matelot rouge, » publiait un livre intitulé "Про поэта Сергея Копыткина ~ pro poète Sergueïa Kopytkina ~ A propos du poète Sergueï Kopytkine."

SeSergey-Kopytkinrgueï Kopytkine est né en 1882, dans une famille pauvre d’origine noble. Il étudie le droit à l’université juridique de Saint-Pétersbourg, qu’il termine en 1905, parallèlement à ses études, il travaille comme contrôleur général pour la ligne de chemin de fer Nikolaïevsk. À la fin de sa vie il occupera le poste de secrétaire de Gouverneur. Poète peu connus. Sergueï Kopytkine est décédé en 1920.
De lui, il reste trois recueils de poésie ; un recueil de poèmes lyriques publié aux alentours de 1909 ainsi que deux recueils de poèmes sur la guerre, édités en 1915 et 1917. Le poème « Сестра ~ Sestra ~ Infirmière.» Est issue du recueil de 1915 dont le titre était "Песни. о войне ~ Pesni o voine ~ Chansons sur la guerre." Ce recueil est réédité dans le livre « à propos du poète Sergueï Kopytine. »

De ce poème, Le groupe Lioubè, fera une chanson, qui sera éditée pour la première fois en 2005 sur l’album « Rasseïa » puis reprise dans l’album concert "V Rossii."

~~~~~~~~~~~~~~
Сестра / Infirmière

Texte : S. Kopytkine / Musique : I. Matvienko

 

La nuit arrachera les fils douloureux,
Il est peu probable que je survive jusqu’au matin.
Écrivez, s’il vous plaît, écrivez
Écrivez deux mots, infirmière.

Écrivez à Vova, le gamin,
Que je l’embrasse dès que je peux.
De Lvov, un casque autrichien,
Je garde pour lui, en cadeau.

Écrivez à ma pauvre épouse,
Écrivez au moins quelques mots.
Que j’ai été blessé à la main, sans gravité,
Je guérirai et serai en bonne santé

Séparément au père, écrivez,
Qu’est tombé tout notre glorieux régiment.
J’ai eu la poitrine mortellement transpercée,
Mon devoir militaire, remplissant !

Traduction : Sarah P. Struve

 

Repost 0
Published by Sarah. P. Struve - Струве Сара Петр - dans Lioubè -Любэ Chansons de & sur la 1° guerre mondiale
commenter cet article
17 octobre 2010 7 17 /10 /octobre /2010 10:04

« Конь - Kon’ - L’étalon » est issue du troisième album du groupe Lubé « Зона Любэ –Zona Lubé – Zone Lubé » Les chansons qui composent cet album furent crées pour le film au titre homonyme  du réalisateur Dmitri Zolotoukhine. Le travail de création de l’album dont les chansons devinrent l’ossature du film de Zolotoukhine, dura prés de deux ans. Chacune des chansons est, en soi, une nouvelle faisant partie de ce film. « Un seul thème unit toutes ses chansons-nouvelles, c’est le sentiment de la repentance, prenant possession, tôt ou tard, de chaque être humain ».

Lube-zona.jpg-  Ce lien vous mènera au vidéogramme extrait du film de Zolotoukhine avec le thème de « Kon, -L’étalon ».

- Le vidéogramme, ci-après, est issue de l’émission « Фабрика звёзд –Fabrika zviozd – La Fabrique d’étoiles » équivalent russe de « Star académie » Dans ce vidéogramme Nikolaï Rastorgouev, chanteur principal du groupe interprète cette chanson avec les jeunes participant au concours de la Fabrique d’étoiles.

_________________________ 

Конь  / L’étalon

Texte : A. Chaganov / musique : I. Matviénko

Je sortirai de nuit en plein champ, avec mon étalon,
Par une nuit sombre, doucement nous avancerons.
Nous avancerons avec mon étalon à travers champs à l'unisson,
Nous avancerons avec mon étalon à travers champs à l'unisson.

C’est la félicité étoilée, de nuit en plein champ …
Il n’y a pas âme qui vive dans les champs,
Seuls mon étalon et moi, à travers champs, avançons,
Seuls mon étalon et moi, à travers champs, avançons.

Je monterai mon étalon,
Toi, emporte-moi à travers champs.
A travers l’immensité des champs,
A travers l’immensité des champs.

Laisse-moi donc jeter un regard par là-bas,
Où donne naissance le champ à l’aurore.
Oh, couleur d'airelle, rouge vermeil de l’aurore,
Ce lieu existe-t-il ou bien n’existe-t-il pas?

Les champs, les sources coulant au milieu,
De lointains villages, leurs feux follets,
Le blé doré et le lin bouclé -
Je suis amoureux de toi, Russie, amoureux.

Il y aura une bonne récolte cette année,
Tout ce qui a pu arriver, ne sera plus que passé,
Chante blé doré, chante lin bouclé,
Chante comme de la Russie je suis amoureux !
Chante blé doré, chante lin bouclé …

Nous avançons à travers champs, avec mon étalon, à l'unisson.

Traduction : Sarah P. Struve

Repost 0
Published by Sarah. P. Struve - dans Lioubè -Любэ
commenter cet article
9 novembre 2008 7 09 /11 /novembre /2008 17:31

Cette chanson fut écrite en 1939 pour le film «Большая жизнь - Une grande vie,» par le poète Boris Laskin et le compositeur Nikita Bogoslovski. Le thème de la chanson correspond à un des sujets du film — les premiers pas d’un jeune gars dans un collectif de travail. Bizarrement, la chanson est interprétée dans le film, non pas par le héro, mais par le saboteur qui est joué par l’acteur Lavrenti Massokha.  

La région du Donetsk porte le nom du fleuve "Donets" qui est un affluant du Don, La régions du Donetsk se trouve à l’extrême est de l’Ukraine, et est frontalière de la Fédération de Russie. Cette région fait partie d’un important bassin houiller appelé: "Donbass"
Voici un vidéogramme avec l'interprétation du groupe Lioubé.

Donets
~~~~~~~~~~

Dorment les sombres tumulus / Спят курганы тёмные  

Paroles : Boris Laskin / Musique : Nikita Bogoslovski  

(1939)

     

Dorment les sombres tumulus
Brûlés de soleil,
Et, les blancs brouillards,
À la file, avancent.
À travers les bois bruissants,
Et les verts champs,
S’est avancé dans la steppe du Donetsk,
Un jeune gars.
 

Là-bas, à la mine de charbon,
On a remarqué le jeune gars.
Lui tendant la main de l’amitié,
Avec eux, Ils le prirent.
D’avenantes jeunes filles,
D’une douce chanson, l’ont accueillies,
Et au chantier est allé,
Le jeune gars.

Les jours de labeur brûlant,
Ressemblant à un combat,
On provoqués dans la vie du gars,
Un sacré tournant.
Vers un labeur brûlant,
Vers un bon boulot,
S’est avancé dans la steppe du Donetsk,
Le jeune gars.

À travers les bois bruissants,
Et les verts champs,
S’est avancé dans la steppe du Donetsk
Un jeune gars.
À travers les bois bruissants
Et les verts champs,
S’est avancé dans la steppe du Donetsk,
Un jeune gars.

Traduction : Sarah P. Struve
Repost 0
Published by stengazeta.over-blog.com - dans Musique de film Lioubè -Любэ
commenter cet article
1 juillet 2008 2 01 /07 /juillet /2008 20:01
Cette chanson du groupe Lioubè (Lubé) est issue de l’album « Полустаночки – Poloustanotchki » parut en 2000.
81a14884c0d4808bd7365991ada4a2cf.jpg

Appelle-moi doucement par mon nom,

Abreuve-moi d’eau de source.

Peut-être que répondra le cœur infini,

Indicible, stupide et tendre.

A nouveau, viennent les crépuscules sans sommeil,

A nouveau, les vitres des fenêtres masquent le jour.

Là-bas, le cassis et le lilas me font signe.

Appelle-moi, paisible patrie.

Appelle-moi au couché du jour,

Appelle-moi, mon chagrin, ma tristesse,

Appelle-moi.

Je sais que nos retrouvailles se feronts,

Notre séparation s’est prolongée.

Le croissant bleu de la lune se cache derrière la ville,

Ni le cafard, ni les larmes ne m’envahissent.

Est-ce le son d’une clochette, est-ce un lointain écho,

Seulement, avec toi, nous sommes passés à côté.

Les sabots creusant, soulevant la poussière,

Nous ne discernions pas même la route.

Appelle-moi au coucher du jour,

Appelle-moi, mon chagrin, ma tristesse

Appelle-moi.

Appelle-moi doucement par mon nom,

Abreuve-moi d’eau de source.

Je sais que notre rencontre se réalisera :

Je reviendrais, je tiendrais ma promesse.

Traduction : Sarah P. Struve

Repost 0
Published by stengazeta.over-blog.com - dans Lioubè -Любэ
commenter cet article
15 juin 2008 7 15 /06 /juin /2008 20:19

Cette chanson est interprétée par le groupe Любэ - Lioubè avec la participation d’officiers du groupe Alpha. Le groupe Alpha, est une unité Spetsnaz, qui a participée, entre autre, au règlement des prises d’otages du théâtre de la Doubrovka et de celui de Beslan.

426daffb55148efdd7871103487e14e3.jpg

L’illustration photographique est de Anatoli Novak, et est issue du site du peintre Anatoly Kudreavtcev sur le village de Shanévo.

~~~~~~~~~~~~~~

Par les hautes herbes ~ По высокой траве

Lioubè /Любэ

Combien d’hivers, combien d’étés,
Combien d’eau a coulé,
Combien de vies, sans moi, sont passées,
Combien de vies m’ont quitté.

Je suis revenu à la maison.
Mes tempes, dans de lointaines contrées
De gris, se sont poudrées,
Ma poitrine est toute médaillée.

De par les hautes, hautes herbes
De toute ma taille, Je marcherai
À pleins poumons j’aspirerai l'air de ces champs,
Dont j’ai oublié le goût depuis tant de temps.

D’entre les hautes meules de foin,
Les chaumes d’or.
Je me tiendrai nu-pieds,
La chaleur de la terre me caressera enfin.

Après quelques pas,
La terre se souviendra de moi.
Heureux retours, dira-t-elle, à toi,
Heureux retours, mon vieux, chez toi.

De par les hautes, hautes herbes,
De toute ma taille, Je marcherai,
À pleins poumons j’aspirerai l'air de ces champs,
Dont j’ai oublié le goût depuis tant de temps.

Sans feu ni lieu,
Quelqu’un me reprochera,
Tu n’as rien gagné, rien économisé,
Tu n’as fait que servir la foi et la vérité.

Mais plus riche que moi,
Depuis lors, au monde, il n’y a pas,
Depuis que sur ma terre j’ai posé les pieds,
Depuis que, nus pieds, je l’ai foulée.

De par les hautes, hautes herbes,
De toute ma taille, Je marcherai,
À pleins poumons j’aspirerai l'air de ces champs,
dont j’ai oublié le goût, depuis tant de temps.

Traduction: S. P. Struve

Repost 0
Published by stengazeta.over-blog.com - dans Lioubè -Любэ
commenter cet article
23 février 2008 6 23 /02 /février /2008 22:13

Levons nos verres /Давай за.

Lube /Любэ

(Traduction : Sarah P. Struve.)

 

« Lube » ou « Lioubé » a été créé en 1987 par Igor Matvenko, actuellement producteur du groupe et compositeur. Le nom, vient de "Lyubertsy" une banlieue difficile du sud de Moscou, d'où sont originaires les musiciens.

Le groupe se compose de : Kolia Rastorguev, chant, Alexander Erokhin, batterie, Pavel Usanov, basse, Vitali Loktev, accordéon, clavier, Anatoli Kulechov, guitare, choeur, Igor Matvenko, producteur, compositeur, Alexander Shaganov, compositeur, Mickaël Andreev, compositeur. La musique du groupe est d'inspiration populaire russe, teintée de rock, de blues de pop... La chanson Davaï za… (Levons nos verres …) parle de la guerre de Tchétchénie et de la mémoire des peuples de Russie.

 

Le ciel est couvert de nuages gris
les
nerfs sont tendus en cordes de guitare,
la pluie tambourine du matin au soir,
le temps figé semble éternité.
Nous avançons, de tous côtés.
Les tanks, l’infanterie, le feu de l’artillerie.
On nous tue mais nous survivons
et de nouveau à l’attaque nous, nous jetons.

Allez à la vie, allez frère, jusqu’au bout,
Allez à ceux qui furent, alors, avec nous.
Allez à la vie, que soit maudite la guerre,
Souvenons nous de ceux qui furent, alors, avec nous.

Le ciel au dessus de nous, de nuages plombé,
s’étale bas en brouillards déchirés.
Envie de croire que tout est déjà terminé,
que survive seulement mon camarade blessé.
Sois patient, frérot, ne meurs pas maintenant,
tu vas encore vivre longtemps et heureux,
Nous danserons à ton mariage,
vers le ciel, tu feras voler tes enfants.

Allez à la vie, tiens le coup, frère, jusqu’au bout,
allez à ceux qui t’attendent à la maison.
Allez à la vie, que soit maudite la guerre.
Allez à ceux qui t’attendent à la maison.

Allez à eux, allez à nous,
à la Sibérie et au Caucase,
aux lumières des villes lointaines
et aux amis et à l’amour.
Allez à vous, allez à nous
et aux paras et aux Spetsnaz
aux médailles militaires,
Levons nos verres, mon vieux.

Dans un vieil album j’ai trouvée des photos
de mon grand père, Commandant de l’armée rouge,
« A mon fils, En mémoire de Berlin 45"
Souvenirs d’un siècle passé.
L’odeur de l’herbe à l’aurore, non coupée.
Gémissements de la terre de bombardements labourée,
une paire de godillaux militaires,
de guerres nouvelles, de guerres anciennes, fatiguée.

Allez à la vie…
Allez à ceux…
Allez à la vie…
à la mémoire de ceux qui furent, alors, avec nous.

Traduction: Sarah P. Struve

Repost 0
Published by stengazeta.over-blog.com - dans Lioubè -Любэ
commenter cet article

Présentation

  • : STENGAZETA - ПАРИЖСКАЯ СТЕНГАЗЕТА
  • STENGAZETA - ПАРИЖСКАЯ СТЕНГАЗЕТА
  • : Le mot « Stengazeta » est un acronyme voulant dire « journal mural ». Stengazeta de Paris publie des traductions de chansons russes contemporaines et/ou populaires, ainsi que des articles d'opinions. Il m’a semblé utile, de faire percevoir à travers ce blog, la Russie et ses cultures, hors du prisme propagandiste et réducteur que véhiculent les pouvoirs politiques, économiques & médiatiques occidentaux. S. P Struve
  • Contact

Ruski tchas

 

Recherche

Catégories