Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 août 2009 6 01 /08 /août /2009 16:42

Le patriarche de l’église orthodoxe russe, Kirill, fait actuellement un voyage pastoral de dix jours en terre d’Ukraine. Le premier jour de sa visite, il s’est rendu avec le métropolite Vladimir et le président ukrainien V.A. Iouchtchenko au mémorial des victimes de la famine des années 30.

Voici l’adresse qu’il a faite lors de cette visite:

patriarche kirill

Je vous remercie Monsieur le président, pour la bonté de vos mots à mon égard.

Je voudrais dire particulièrement clairement à tous ceux, chez qui apparaissent peut-être des doutes quand à la légitimité de ma présence ici : nous nous rappelons des victimes de la famine — de cette famine des années 1932-1933, qui a, pour moi, un lien particulièrement directe.

J’ai raconté, aujourd’hui, à Monsieur le Président, comment mon grand père, un confesseur, a passé prés de trente ans dans les prisons et les camps, Il a été arrêté en ces temps effrayants, simplement pour avoir défendu la foi orthodoxe. Cela se passait dans la région de la Volga. Lorsqu’on l’emmenait, ma grand-mère lui a dit : « à qui donc nous confis-tu ? Tu vois bien que c’est la famine, nous allons tous mourir ! » Alors mon grand père a dit : « Je par souffrir pour le christ. Pas un seul cheveu ne tombera de votre tête. » Et voila que lorsqu’il ne resta à la maison plus un seul gramme de farine, ma grand-mère fit cuire le soir, pour ses sept enfants, des galettes, les leurs distribuât et dit : « Les enfants nous n’avons plus rien que nous puissions manger demain. Demain nous allons commencer à mourir. » Et le soir il se passa ce que moi, croyant, j’appel un miracle. Quelqu’un cogna à la fenêtre, et ma grand-mère entendit une voix : « L’hôtesse, sort, il y a des denrées pour toi. » Elle est sortie ; il n’y avait personne, mais au côté de la porte, il y avait un grand sac de farine. Ce sac de farine a sauvé ma famille et m’a donné la possibilité de naitre.

Je me suis permis de raconter cette histoire parce que la famine — cette famine terrible engendrée par des motifs politiques tout à fait concrets et aggravée encore par des cataclysmes naturels, — a amené à ce qu’une quantité énorme de gens ai péri en Ukraine, dans la région de la Volga, au Caucase du Nord, dans l'Oural du sud, en Sibérie occidentale, au Kazakhstan. C'est le malheur commun de tout notre peuple, qui vivait à cette époque-là dans un seul pays. C'est pourquoi il n'y a rien de surprenant que nous prions pour ces victimes innocentes, nous nous souvenons de ceux qui ont péris.

Nous souvenant d’eux, nous prions en même temps, afin que plus jamais rien de semblable ne se produise plus, et aussi pour que jamais dans notre histoire, d’événements tragiques de telle sorte, ne résulte une historiosophie basée sur la haine de son frère. Nous devons prier et travailler ensemble afin que le monde devienne meilleur, afin que nos peuples vivent mieux, afin que plus jamais des victimes innocentes ne s’en aillent à Dieux en temps de paix.

Je voudrais avec satisfaction apprécier ce premier jour non encore achevé de ma venue ici, sur les collines de Kiev, dans la capitale de l'Ukraine. J’ai déjà eu la possibilité d’approcher notre peuple croyant, à la Laure, ainsi que dans les rues de Kiev, bavarder avec les gens, présider la séance du premier Saint Synode de l'Église Russe à la Laure de Kiev-Petchersk, d’’avoir un entretien avec Monsieur le Président. Nous avons examinés la situation religieuse ici, en Ukraine. Certes, les divisions au sein de lavra kiev or1l'Orthodoxie est un grand défi et un grand problème.

Aujourd'hui nous célébrons, et demain nous allons particulièrement fêter la mémoire de saint Vladimir, prince et civilisateur, qui par sa grande action — le Baptême de la Russie — a contribué à la fondation de notre Église qui existe maintenant depuis mille années.

Cette église, Monsieur le Président, existe. Il y a une église locale en Ukraine !

Si elle n’avait pas existée, il n’y aurait pas eu aujourd’hui d’Ukraine. Mais sur le corps de cette église sont apparues des plaies qu’il faut soigner par la prière et la prise de conscience de ce qui c’est passé et se passe avec nous tous.

Mais le plus important est, que la guérison viendra lorsque nous saurons, que nous réussirons à associer en notre propre conscience de très importantes vérités. La vérité première, est que les ouailles de l’église, sont tous des gens baptisés dans l’orthodoxie. En dehors de leur orientation politique, de leurs sympathies ou antipathie, de leur perception de l'histoire — tous sont les ouailles d’une église commune. Si nous ne projetons pas sur la vie de l’église nos préférences politiques, nous libérerons notre discussion de ce fond, qui accable tant aujourd'hui la réflexion sur le futur de l'Orthodoxie en Ukraine.

Je crois que cela sera ainsi. Je crois que les réflexions sur l’orthodoxie en Ukraine, doivent s’accompagner de prière, de hauts faits spirituels et que par la compassion divine, les prières des vénérables de la Laure de Kiev-Petchersk – nous sommes à deux pas de leurs reliques - seront surmontés les divisions, et le peuple, en dehors de toute préférence politique, de ses sympathies ou antipathies, se nourrira d'une source spirituelle unique, celle de l'Eglise orthodoxe, dont la fondation fut pausée par le saint égal-aux-apôtres, le prince Vladimir.

Je vous remercie, Monsieur le Président de ce que vous ayez souligné le caractère spirituel de ma visite pastorale. Le patriarche de Moscou et de toute la Rus’, vit dans la Fédération de Russie, à Moscou. Mais c'est le Patriarche De Moscou et de toute la Rus’. Je dirai même que lors de la formation du Patriarcat De Moscou en tant qu’église autocéphale, dans le document signé par le Patriarche de Constantinople et ensuite par tous les Patriarches Orientaux, il était question du : « Patriarche de Moscou, de toute la Rus’ et de tous les pays Nordiques ». Et avant l'abolition du Patriarcat à l’époque de Pierre premier, c’est ainsi que signaient les Patriarches de Moscou.

En cela il n'y a aucun impérialisme, aucune domination des uns sur les autres, ce n’est clairement que de l’ecclésiologie orthodoxe : le Patriarche est un père pour tous. Hors de toute dépendance à la couleur du passeport que l’on a dans sa poche, en dehors de la dépendance à l'État dans le quel nous vivons, — Il est le père de tous ceux qui appartiennent à l'Eglise orthodoxe entrant dans une jlavra kiev or2uridiction commune, présidé par le Patriarche.

Comme Patriarche, je mettrai toutes mes forces pour que par la bienveillance de Dieu nous puissions surmonter les divisions. Dieu nous indiquera la voie, je crois en sa conduite. À la différence des politiques laïques, je ne suis pas enclin à faire certains pronostics concrets. Il faut donner son cœur et son esprit à Dieu. Et que la force de l'Esprit Saint nous conduise sur la juste voie. En associant la prière aux travaux et, ce qui est primordial, avec une approche honnête, ouverte et claire des problèmes qui existent en Ukraine, je pense, qu’avec l'aide de Dieu, nous pourrons surmonter ensemble les obstacles existants.

Profitant de l’occasion ; je voudrai souhaiter au peuple d’Ukraine, la paix, l’épanouissement et la prospérité. Que Dieu vous donne longue vie, forces et aide dans votre vie. Que Dieu vous garde !

_______________

Source: http://www.patriarchia.ru/db/text/705092.html

Les photographies de la Laure de Kiev-Petchersk, sont de "Bradiaga" http://chila.foto.ua/

Repost 0
Published by stengazeta.over-blog.com - dans Orthodoxie
commenter cet article

Présentation

  • : STENGAZETA - ПАРИЖСКАЯ СТЕНГАЗЕТА
  • STENGAZETA - ПАРИЖСКАЯ СТЕНГАЗЕТА
  • : Le mot « Stengazeta » est un acronyme voulant dire « journal mural ». Stengazeta de Paris publie des traductions de chansons russes contemporaines et/ou populaires, ainsi que des articles d'opinions. Il m’a semblé utile, de faire percevoir à travers ce blog, la Russie et ses cultures, hors du prisme propagandiste et réducteur que véhiculent les pouvoirs politiques, économiques & médiatiques occidentaux. S. P Struve
  • Contact

Ruski tchas

 

Recherche

Catégories