Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 janvier 2022 3 19 /01 /janvier /2022 08:15

À la suite de la percée des Allemands, le front de Leningrad, qui défendait la ville, a été coupé en deux. Le lien entre les forces de l'armée rouge fut perdu. C'est pourquoi, au début de décembre 1941,les commandements des corps qui combattaient dans l'est de la région de Leningrad ont organisé un nouveau front : Le front de Volkov. Sa mission principale était de briser le blocus de Leningrad et de se joindre au front de Leningrad. La première offensive du Front a eu lieu à la fin de 1941. À la suite de cette offensive, l'Armée rouge a libéré la ville de Tikhvin. À cette époque, peu de villes étaient libérées, de sorte que l'offensive de Tikhvin (10 novembre-30 décembre 1941) a été un succès remarquable et, non seulement pour le front de Volkhov. Bien que la distance entre les deux fronts soit faible - pas plus de 16 km - dans cet espace, il n'y avait presque que des marais. "Qu'est-ce que la guerre dans le marais ? Une bagarre pour chaque motte de terre. Et même si cette motte de terre était prise, il fallait encore la tenir. L'ennemi te balayait tellement à coups de mortier, que bonne chance. Personne n'a pu mieux exprimer ce qui se passait là, à part Alexandre Tvardovski, qui a vécu cela" :

Combat dans les bois, dans les buissons, dans les marais,
Où la guerre a fait son chemin,
Où l'eau montait jusqu'aux genoux de l'infanterie, de la boue jusqu'à la poitrine ;
Là où les combattants erraient
Et, en glissant d'un tronc, dans la nuit,
l'artillerie coulait, le tracteur s'embourbaient.

La lutte pour briser le siège de Leningrad durera encore plus d'un an ; Il fut brisé officiellement le 18 janvier 1943. Lorsque les troupes soviétiques de Léningrad et celles du front de Volkhov réussirent après des combats acharnés à ouvrir un corridor au sud du lac Ladoga, par lequel pouvait passer le ravitaillement.

En tout, près de vingt-sept millions de Soviétiques périrent durant la seconde guerre mondiale, dont 17 millions de civiles.

Voici une chanson de Boris Grebenchikov abordant ce thème. Grebenchikov la chanta pour la première fois en septembre 1997. Dans la dernière strophe, il remplaça le mot "résurrection"  par le mot "pardon."

~~~~~~~~~~~~

Болота Невы ~ Les marais de la Neva

Boris Grebenchikov

Mes veines sont des filins, ma mémoire, de la glace,
Mon cœur est un diesel et, semblable à du miel, est mon sang,
Mais, le sort m'a fait vivre, ici, parmi l'herbe grise,
Dans l'évanouissement pénombral des marais de la Neva.

Les maisons, ne sont que façades et, les mots, qu'absence,
Et, cette perspective est la trace de l'étoile calcinée,
Je voulais être tel le soleil, suis devenu une ombre sur un mur,
Et, s'est cramponné à mon dos, un mort endiablé.

Depuis lors, je me suis mis à voir, que nous sommes tous comme enchaînés,
Et, sur les branches des pins, les âmes des soldats trépassés,
Regardaient silencieux, comme nous valsions en rond, par des cierges éclairés,
Chacun avec de la cendre dans la main et un mort sur le dos.

Viendra le jour de la résurrection ; ainsi soit-il, je ne l’attendrai pas,
J'ai trouvé comment m'en aller et, je m'en irai et reviendrai,
Je reviendrai avec cette parole, comme avec la clef de l'empyrée.
Laissez-les rentrer dans leur foyer,
Eux tous, qui dorment dans les marais.

Traduction : Sarah P. Struve

Partager cet article
Repost0
15 janvier 2022 6 15 /01 /janvier /2022 11:43

Du 23 mars au 10 juin 1999, l'OTAN bombarda pendant onze semaines, la Yougoslavie.

"Югославия ~ Yougoslavie," Cette simple chanson est issue d'un poème d'Olga Jouravliova et, mis en musique par Alexandre Voïtinski en réaction à l'agression de la Yougoslavie par l'OTAN. Elle est interprétée par Lena Katina.

Dans le premier vidéogramme Léna katina interprète la chanson.
Le second vidéogramme reprend l'interprétation de celle-ci, sur des images de l'agression de l'Otan, vidéogramme qui, malheureusement, ne peut être vue que sur YouTube, en raison d'une certaine politique de censure pratiquée par YouTube.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Югославия ~ Yougoslavie

Olga Jouravliova ~ Alexandre Voïtinski

 

Au-dessus du Danube vespéral
Blanches lumières, blanches lumières, blanches lumières.
Et, en souvenir s'invite une mélodie
Des années passées, des années passées, des années passées...
Mais, ont fondus en bandes d'oiseaux
Les mots simples de notre chanson.
Tu t'enfonces dans le feu, Yougoslavie !
Sans moi ! Sans moi ! Sans moi !

Pour la nuit sous cette grêle de plomb,
Parce que, je ne suis pas à tes côtés,
Pardonne-moi, ma sœur : Yougoslavie !
Pour la mort sous la pluie printanière,
De ce que je ne fus pas ton secours,
Pardonne-moi, ma sœur : Yougoslavie !

Gamine éperdue, aux yeux noirs,
Tu te tiens sur l'autre berge.
Mais atteindre cette berge
Je ne peux, je ne peux, je ne peux.
Au-dessus du Danube vespéral
Blanches lumières, blanches lumières, blanches lumières,
Et, s'invite une mélodie en mémoire,
Des années passées, des années passées, des années passées...

Pour la nuit sous cette grêle de plomb,
Parce que, je ne suis pas à tes côtés
Pardonne-moi ma sœur : Yougoslavie !
Pour la mort sous cette pluie de plomb
De ce que je ne fus pas ton secours,
Pardonne-moi ma sœur : Yougoslavie !

Traduction : Sarah P. Struve

Partager cet article
Repost0
12 avril 2019 5 12 /04 /avril /2019 12:04

« L'herbe devant la maison ~ Трава у дома,» dont le texte est d'Anatoli Poperitchnyi (1934, Oblast de Nikolaevsk ~ 2014, Moscou) et la musique de Vladimir Migoulïa (août 1945, Stalingrad ~ 1996, Moscou,) est l'une des chansons du groupe «Земляне ~ Zemlianie (les terriens.) » elle est devenue chanson de l'année 1983, lauréate du « Concours de télévision des jeunes interprètes de la chanson soviétique d'estrade. » En 2009 par décision de "l'Agence spatiale de la Fédération de Russie" il lui est attribué le statut officiel «d'Hymne de l'astronautique russe. »

Anatoli Poperitchnyi, est né le 22 novembre 1934 à Novaia Odessa, dans l'oblast de Nikolaevsk. Durant la Grande guerre patriotique, Poperetchnyi fut évacué avec sa mère dans l'Oural. Revenue à la libération à Nikolaevsk, il y termine ses études secondaires. En 1954 il termine L'Université d’État de pédagogie Herzen, à Leningrad.

Vladimir Migoulïa a interprété pour la première fois cette chanson lors de l'émission de télévision «l'Attraction terrestre,» Le 12 avril 1982.

L'herbe devant la maison ~ Трава у дома
Земляне ~ Zemlianie

~~~~~~~~~~

La terre par le hublot,
La terre par le hublot,
La terre est visible par le hublot ,
Comme le fils s’attriste de sa mère,
Comme le fils s’attriste de sa mère,
Nous nous attristons de la Terre, elle est seule.
Et les étoiles néanmoins,
Et les étoiles néanmoins,
Sont un peu plus près mais, toutes sont également froides,
Et comme aux heures d'éclipse,
Et comme aux heures d'éclipse
Nous attendons la lumière et voyons des rêves terrestres.

Nous ne rêvons pas du grondement du cosmodrome
Ni de cet azur glacé,
Mais, nous rêvons de l'herbe, de l’herbe devant la maison,
de l'herbe verte, verte.

Et nous, nous volons en orbite
Par des voies inexplorées
l’immensité, de météorite, est parsemée,
Courage et risque sont justifiés.
La musique cosmique
S'insinue dans nos dialogues 
En une sorte de brume délavée,
La terre par le hublot,
Aurore matinale et celle d'en soirée
Et, comme le fils s’attriste de sa mère
Et, comme le fils s’attriste de sa mère,
La mère attend son fils et, la terre, ses enfants.

Nous ne rêvons pas du grondement du cosmodrome
Ni de cet azur glacé,
Mais, nous rêvons de l'herbe, de l’herbe devant la maison,
De l'herbe verte, verte.

Traduction: Sarah P. Struve

Partager cet article
Repost0
31 décembre 2012 1 31 /12 /décembre /2012 15:19

Le Billy’s Band est un groupe de Saint Petersburg créé en 2001 par Billy (Vadim) Novikov et Andreï Reznikov. Le Band enregistre, édite et distribue lui-même ses disques, il a toujours refusé de travailler avec des majors.
Les musiciens du groupe disent d’eux-mêmes, qu’ils sont des "marginaux romantiques" jouant de "l’alcojazz". La voix grave de Billy Novikov porte naturellement cette sorte de blues, qu’une oreille avertie et entraînée, trouvera toujours au fond d’une bouteille.Billys-Band.jpg

Sur le vidéogramme ci-après, Le Billy’s Band interprète en compagnie de Garik Soukhatchev, "Кладбище девичьих сердец – Kladbichtche devitchikh serdеts – Le cimetière des cœurs de jeunes filles"

~~~~~~~~~

Кладбище девичьих сердец / Le cimetière des cœurs de jeunes filles
Billy Novikov

"C’est une sorte de saga en trois parties et  trois issus létales, ce qui ne l’empêche pas d’avoir l’habituel happy end."

Les étoiles me chantaient "bonne nuit",
Lorsque, de tes portes, je suis tombé.
Je m’assoirai dans un bar, je boirai un p'ti verre
Au repos de ton âme...
Je m’assoirai dans un bar, je boirai un p'ti verre
Au repos de ton âme...

Les voitures chassèrent des boulevards, le matin,
Dans ma poche, de tes bagues, à poignée.
Je boirai  et je parlerai au gardien,
Du chemin qui mène au cimetière des cœurs de jeunes filles
Nous boirons, nous serons joyeux ensemble, avec le gardien,
Tous les deux, au cimetière des cœurs de jeunes filles.

J’allai voir, un soir de février,
Comme, joyeusement, ta maison brulait,
Après, toute la nuit, j’ai fait la fête avec les pompiers
Parce qu’ils n’ont pas pu t’aider...
Je fumai avec les pompiers et, tout compte fait,
Au cimetière des cœurs de jeunes filles, me suis évaporé.

Traduction : Sarah P. Struve

Partager cet article
Repost0
4 août 2012 6 04 /08 /août /2012 22:03

Le groupe rock  Nautilus Pompilius est un groupe de rock soviétique et russe, originaire d’Iekaterinbourg (alors Sverdlovsk) dans l’Oural qui a existé de 1983 à 1997. Composé notamment de Viatcheslav Boutoussov, d’Ilia Kormiltsev (1959 – 2007) ainsi que de Dmitri Oumetski. Nautilus Pompilius fut un groupe signifiant de la période de la perestroïka.

Voici sur une musique de V. Boutoussov et des paroles de Kormiltsev une  Chanson sur l’apôtre André dit le Premier appelé. Elle a été éditée sur le CD Отчёт 1983 - 1993 - Compte rendu 1983 – 1993.

otchtet-1983-1993.jpgLe vidéogramme fut enregistré lors du concert donné au stade Louzhniki, le 20 juin 1992 à la mémoire  d’une autre grande figure du rock russe; Victor Tsoï.

_______________

Прогулки по воде / Promenades sur l’eau

Musique : V. Boutoussov – Paroles I. Kormiltsev

Sur la  jetée, l’apôtre André péchait,
Le sauveur, sur l’eau, marchait.
André, des goujons de l’eau, sortait,
Le Sauveur, lui, des gens décédés.

André s’écriait : Je quitte le quai,
Si tu m’ouvres un secret.
Et le Sauveur lui répondait :
 Du calme, André, il n’y a ici, aucun secret.
Tu vois là-bas, sur la montagne, s’élève une croix.
Sous elle une dizaine de soldats. Restes-y accrocher
Et reviens lorsque tu en auras assez,
Te promener sur l’eau, te promener sur l’eau avec moi 

Maitre, sur les casques, des cornes brillent,
Au-dessus de la croix, le noir corbeau vrille …
Explique-moi maintenant, Ai pitié de l’idiot,
Laisse pour plus tard la crucifixion.

Devenu sans voix, de colère, le Sauveur
Piétina de ses pieds, la surface lisse de l'onde.
"Tu es vraiment un imbécile!" Et André en pleur,
S’en alla avec les goujons, à la maison.

Tu vois là-bas, sur la montagne, s’élève une croix.
Sous elle une dizaine de soldats. Restes-y accrocher
Et reviens lorsque tu en auras assez,
Te promener sur l’eau, te promener sur l’eau avec moi. 

Tu vois là-bas, sur la montagne, s’élève une croix.
Sous elle une dizaine de soldats. Restes-y accrocher
Et reviens lorsque tu en auras assez,
Te promener sur l’eau, te promener sur l’eau avec moi. 

Traduction : Sarah P. Struve

Partager cet article
Repost0
27 décembre 2011 2 27 /12 /décembre /2011 12:37

Stengazeta n’a encore jamais présenté la poétesse-compositrice-chanteuse, Zemphira. Cette faute est donc réparée avec un premier texte d’elle « Мы разбиваемся – My razbivaiemsïa - Nous nous brisons. » Cette chanson est issue de son cinquième album paru en 2007 sous le nom de « Спасибо – Spassibo – Merci »

Spassibo.jpgZemphira Ramazanova est né à Oufa (Bachkirie) en 1976. Des l’âge de cinq ans elle rentre dans une école musicale en classe de piano. Elle y intégrera la chorale de l’école comme soliste. En 1996 elle travaille comme ingénieur du son pour la radio Europa plus. En 1997, Zemphira monte à Moscou, avec le projet de créer un groupe. Son premier album « Земфира Zemphira » parait en 1999.

________________

Мы разбиваемся / Nous nous brisons

Zemphira

Nous nous sauvons vers nos affaires
La terre se brise en deux,
Efface-moi, regarde en moi,
Reste...

Pardonne-moi
Pour ma faiblesse
Et de ce que tellement étrangement
Et désespérément, je t’aime.

Pour les regrets sur les lèvres.
Les appels téléphoniques, sous la lune
Restés suspendues dans de mauvaises villes
Les frontières sont convenues, - Je suis avec toi

Efface-moi, regarde en moi,
Reste...

Pardonne-moi
Pour ma faiblesse
Et de ce que tellement étrangement
Et désespérément, je t’aime.

Nous nous sauvons vers nos affaires
La terre se brise en deux,
Efface-moi, regarde en moi,
Reste….

Nous nous sauvons vers nos affaires
La terre se brise en deux

Pour les regrets sur les lèvres.
Les appels téléphoniques, sous la lune
Restés suspendues dans de mauvaises villes
Les frontières sont convenues, - Je suis avec toi

Nous nous sauvons vers nos affaires
La terre se brise en deux

Nous nous sauvons...
La terre se brise...
Nous nous sauvons...

Traduction : Sarah P. Struve

Partager cet article
Repost0
20 juin 2010 7 20 /06 /juin /2010 00:10

Soukatchev.jpgGarik Sukatchev est né en 1959 dans le village de Mïakinino dans l’oblast’ de Moscou. En 1977 il crée le groupe «Закат Солнца вручную – Zakat solnsa vroutchnouïou – Couché de soleil à la main», ce groupe fut dissout en 1983, en 1986 il crée avec Sergueï Galanine le groupe «Бригада С – Brigada S » qui lui apportera la célébrité. En 93 il crée avec d’autres musicien un nouveau groupe : «Неприкасаемые – Neprikassamye – Les intouchables » Sukatchev est un auteur-compositeur-interprète. Il est, par ailleurs réalisateur et acteur. Il fut egalement animateur d’une émission de télévision sur le 1° kanal. La Iaouza dont il est question dans « Vol de nuit », est un affluant de la Moskova.

 

Iaouza.jpg

Ночной полет / Vol de nuit
Garik Sukatchev / Гарик Сукачёв

Sur la neige traînent des traces
Telles des pelades, telles des pelades.
Des poteaux encadrent ces traces,
Sur lesquels s’accroche la lumière,
Elle parait déchiquetée et épuisée,
Zébrée comme une marinière.
D’impuissance, la lumière s’est liquéfiée
Sur les perches des trolleys.

Seule la nuit, la nuit, la nuit…
Seule la nuit, la nuit, la nuit…
Seule la nuit, la nuit, la nuit…

Je suis comme un minuscule nain,
À peine visible, petit poucet,
Sur la route du magasin,
Vaguement éclairée,
Je m’avance, inutile,
Tel un spectre, Tel un spectre,
Je regarde dans le miroir des fenêtres,
Sans arriver à percevoir mon reflet.

Au cœur de cette nuit, cette nuit, cette nuit…
Au cœur de cette nuit, cette nuit, cette nuit…
Au cœur de cette nuit, cette nuit, cette nuit…

Où un feu de signalisation oubliés
S’agitera comme sous un rythme Reggae,
Et, à bout portant, me fusilleront
De méchantes pensées d'évasion,
Et, le whisky prendra la douleur
En tenaille, jusqu'à la démence.
Et, sans aucun doute et sans défiance,
De cafard, Je hurlerai.

Mais lorsque reculera la peur
Pour une seconde, un court instant,
Je m’élèverai comme sur des ailes
Au-dessus du boulevard et du gratte-ciel,
Et, survolant la Iaouza,
À tue-tête, sifflant,
Je m’élancerai en plaisantant,
M'élevant vers le ciel
Dans la nuit noire, évidement.

Au cœur de cette nuit, cette nuit, cette nuit…
Au cœur de cette nuit, cette nuit, cette nuit…
Au cœur de cette nuit, cette nuit, cette nuit…

Traduction : Sarah P. Struve

Partager cet article
Repost0
29 août 2009 6 29 /08 /août /2009 14:45

Victor Tsoï est né à Leningrad en 1962. Il fait ses études secondaires dans un lycée artistique, où avec un ami, il crée un groupe musical « Salle N°6 ». Après son exclusion du lycée, il entreprend un apprentissage comme sculpteur sur bois. A cette époque il fréquente les milieux musicaux underground et punk de Leningrad, tout en restant passionné d’arts martiaux orientaux. En 1981 il crée avec deux camarades, un nouveau groupe « Garine et les hyperboloïdes » qui deviendra le groupe « Kino » Le premier album est enregistré sous la direction de Boris Grebebchikov, qui soutient et parraine Tsoï.

Tsoi.jpg

Le 15 août 1990, Victor Tsoï se tue dans un accident de la route.
La chanson « Кукушка - koukouchka - Le coucou » est issue du dernier album du groupe « Чёрный альбо́м – Tchornyi al’bom – L’album noir ». Enregistré peu de temps avant sa mort. Il est paru en décembre 90.

______

Кукушка / Le coucou
Виктор Цой / Victor Tsoï

De chansons encore non écrites, combien y-en-a-t-il,
Dis-le-moi coucou, chante-le-moi.
Dois-je vivre en ville ou bien de hameau en hameau
Dois-je rester couché telle une pierre, ou brûler telle l’étoile, l’étoile.
Mon soleil, jette un regard sur moi;
Ma paume s’est métamorphosée en poing.
Et s’il y a de la poudre, donne-moi du feu.
C’est ainsi...
Qui ira de par les traces solitaires ?
Les forts et les courageux ont couché leur tête au combat.
Peu nombreux sont ceux qui restent tête lucide;
Sain d'esprit, mains fermes, dans le rang, dans le rang.
Mon soleil, jettes un regard sur moi;
Ma paume s’est métamorphosée en poing.
Et s’il y a de la poudre, donne-moi du feu.
C’est ainsi...
Où es-tu donc maintenant mon libre arbitre ?
Avec qui rencontres-tu, la tendre aurore;
Réponds-moi.
Je me sens bien avec toi et mal sans toi;
La tête et les épaules restent impassibles sous le fouet, le fouet.
Mon soleil, jette un regard sur moi;
Ma paume s’est métamorphosée en poing.
Et s’il y a de la poudre, donne-moi du feu.
C’est ainsi...
Mon soleil, jette un regard sur moi;
Ma paume s’est métamorphosée en poing.
Et s’il y a de la poudre, donne-moi du feu.
C’est ainsi...


Traduction : Sarah P. Struve

Partager cet article
Repost0
25 avril 2009 6 25 /04 /avril /2009 22:16

MaraMara - de son vrai nom Marina Vladimirovna Nesterova, nom qu’elle changera officiellement pour celui de Mara Vladimirovna Kana – est née le 25 novembre 1978 à Moscou. D’après sa famille, Mara a commencé à chanter dès ses 2 ans. à l’âge de 10 ans elle intégra à sa demande l’école de musique de la ville d’Ivanteïevka, dans la région de Moscou, en classe de guitare. En 1989, à l’âge de 11 ans, elle écrivit sa première chanson.

Mara a chantée dans une chorale de jazz, participée à tout les radio-crochets possible et imaginable. Mais aucune de ses chansons n’est tombée entre les mains d’un producteur qui aurai pu apprécier son talent à sa juste valeur, jusqu'à ce qu’elle ne rencontre le producteur du groupe « Tchaï F » et coproducteur du festival « Nachestvïé –Invasion, » Dmitri Groïsman.

Apres avoir terminé des études d’économie en 2001, Mara se consacra définitivement et à plein temps à la chanson rock. En 2003 l’une de ses chansons « samalïoty – les avions » restera plusieurs semaines en tête du hit-parade et lancera sa carrière.

« Amour non partagé » a été édité pour la première fois en 2005 dans son second album « 220 V »

   Le vidéogramme qui suit, a été enregistré en aout 2006 lors du festival « Nashestvié 2006 – Invasion 2006 » l’un des plus importants festivals de rock de Russie. En 2006, il s'est tenu prés de la ville de Riazan.

______________

Невзаимная любовь
Amour non partagé

Amour non partagé.
Jeu solitaire.
Depuis le matin, chanson non digérée.
Il faut partir à peine éveillé,
Le long de rues surpeuplées.
Et à nouveau, sera très dure cette journée.

Immersion au fond de soi,
Et plus 
c’est profond, plus il parait évident,
Que jamais il ne serra possible d’être à côté d’elle.
Le marbre rose des songes
Se dissous lentement
Je me perds en lui indéfiniment.

Bats-moi, mords-moi,
Déchires moi d’un rasoir effilé !
Seulement ne t’en vas pas à jamais !
Dans chacune de mes cellules,
Dans l’enveloppe de mon cœur,
Je garderai tes villes.

Je te dissous
Dans les tons orange,
Dans mes songes bergamotes.
Je respire encore de toi,
Et tu coules toujours en moi
Ne te fiant qu’à ma lune !


Bats-moi, mords-moi,
Déchires moi d’un rasoir effilé !
Seulement ne t’en vas pas à jamais !
Dans chacune de mes cellules,
Dans l’enveloppe de mon cœur,
Je garderai tes villes.


Des Poèmes esseulés,
Des mots non partagés
Me déchirent. Me laissant encore vivante.
Replier mes ailes blanches,
Et les laisser sur un pont.
Sans toi, je perds de l’altitude !


Bats-moi, mords-moi,
Déchires moi d’un rasoir effilé !
Seulement ne t’en vas pas à jamais !
Dans chacune de mes cellules,
Dans l’enveloppe de mon cœur,
Je garderai tes villes.

Traduction : Sarah P. Struve

Partager cet article
Repost0
16 février 2009 1 16 /02 /février /2009 19:02

Cette chanson, Igor Talkov la chanta lors de son dernier concert, le 6 octobre 1991 à Saint Petersburg, à la fin du quel, il fut assassiné. l’enregistrement de ce concert a été édité sous le nom de « Последний концерт – Poslednii koncert - dernier concert» Pluie d'été fut reprise en 1996 dans l’album « Память – Pamîat’ – Mémoire » puis à nouveau réèdité dans un nouvel album collector dédié à son épouse, Tania : « Моя Любовь –Moïa lioubov –Mon amour »

Talkov-last-koncert.jpg

 Летний дождь,

Pluie d’été

Igor Talkov - И́горь Талько́в

La mémoire ne m'harcelle déjà plus
Ni ne me persécutent, les pensées,
Je t’accompagne,
Vers d’autres rives.
Tu es un oiseau migrateur,
Cherchant le bonheur en chemin,
Tu t’en vas pour prendre congé,
Et, à nouveau, t’en aller.

Pluie d’été, la pluie d’été,
A débuté tôt ce matin.
Pluie d’été, la pluie d’été,
De mon âme, lavera la blessure.
Nous nous attristerons avec elle, ensemble,
Auprès d’une fenêtre aveugle.
Pluie d’été, La pluie d’été,
Me chuchote doucement et simplement,
Que tu viendras, tu viendras,
Tu viendras, mais il sera trop tard.
L’inadéquation du temps, c’est un drame éternel,
Où il y a lui et elle.

Je finirai par ne plus rêver de toi,
Très bientôt, et puis après,
D’un nouveau rêve s’illuminera, ma maison fanée.
Que l’on ne peut chercher l’amour, tout en le fuyant,
Avec les ans, tu le comprendras,
Mais, pour l’instant, tu n’entends rien,
Et, il est impossible de te ramener.

Pluie d’été, la pluie d’été,
A débuté tôt ce matin.
Pluie d’été, la pluie d’été,
De mon âme, lavera la blessure.
Nous nous attristerons avec elle, ensemble,
Auprès d’une fenêtre aveugle.
Pluie d’été, La pluie d’été,
Me chuchote doucement et simplement,
Que tu viendras, tu viendras,
Tu viendras, mais il sera trop tard.
L’inadéquation du temps, c’est un drame éternel,
Où il y a lui et elle.

Traduction : Sarah P. Struve

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : STENGAZETA - ПАРИЖСКАЯ СТЕНГАЗЕТА
  • : Le mot « Stengazeta » est un acronyme voulant dire « journal mural ». Stengazeta de Paris publie des traductions de chansons russes contemporaines et/ou populaires, ainsi que des articles d'opinions. Il m’a semblé utile, de faire percevoir à travers ce blog, la Russie et ses cultures, hors du prisme propagandiste et réducteur que véhiculent les pouvoirs politiques, économiques & médiatiques occidentaux. S. P Struve
  • Contact

Ruski tchas

 

Recherche

Catégories