Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 février 2014 1 24 /02 /février /2014 11:20

aronzon leonidL’auteur de "Осеннее ~ Ossenié chaussée ~ Grand' route automnale" Léonide Aranson,  est un poète russe. Il est né en 1939 à Leningrad. Durant le blocus,il est évacué dans l’Oural.  Après avoir terminé l’institut pédagogique de Leningrad, il enseigne dans une école du soir, parallèlement, il écrit des scénarios pour des documentaires de vulgarisation scientifique. Au début des années 1960, il fréquente Joseph Brodsky.

Léonide Aronson est mort en 1970, lors d’un voyage en Asie centrale, à Tachkent, suite à une mauvaise manipulation de son fusil de chasse.

Piotr Malokhovski, l’auteur de la musique est né en 1961 à Leningrad. Après avoir étudié en classe demalokhovski composition, le jazz dans une école de variété musicale ainsi qu’à l’institut de géographie de Leningrad, commence, à partir de 1979, à jouer dans des groupes de rock étudiants. Il continue à travailler parallèlement comme professeur de sociologie à l’institut médical, c’est là qu’il rencontre Svetlana Sourganova, alors étudiante en médecine. En 1988, ils créent ensemble le groupe « Нечто иное ~ Nitchto inoïè ~ Quelque chose d'autre »

Sourganova.jpgSvetlana Sourganova  se souvient de Malokhovski : «  Deux rencontres ont réellement influencé ma destinée me mutant  de l’état de pédiatre à celui de musicien. La principale rencontre à eu lieu alors que j’étais encore étudiante à l’institut médical, c’était cette rencontre avec Piotr Malakhovski. À part le fait qu’il est musicien, auteur de chansons, il est également biologiste de par ses études. C’est quelqu’un, qui toute sa vie, s’est pris la tête, toute sa vie, à hésité, ne pouvant faire de choix entre la biologie et la musique. Au moment où j’étudiais à l’institut, il y enseignait les sciences sociales et la géographie. Mais, voilà, il m'a vu et s'est accroché à moi (…) Il est la personne, qui a prédéterminé mon destin ultérieur. Malgré le fait que je sois sortie de l'école médicale avec un diplôme rouge, malgré le fait que je finisse ensuite l'académie médicale pédiatrique, J’ai quitté tout cela vers  la musique. Malokhovski  me persuadait sans arrêt que cela me réussissait plus tôt bien. Et finalement je l’ai écoutée». (Interview au canal02-TV de septembre 2005)

Sourganova est née en 1968, sa mère adoptive est biologiste. Elle a commencé à écrire à l’âge de 14 ans. Sourganova travaille avec Malokhovski jusqu’en 1993, année où elle crée un nouveau groupe avec Diana Arbenina ; « «Ночные снайперы ~Notchnyie Snaïpery ~ Snipers nocturnes » tout en continuant de temps en temps à se produire avec le groupe « Nitchto inoiè. » Elle quitte les "Snipers nocturnes"  en 2002.

Voici une magnifique vidéo de "AVV17N01" où, Svetlana Sourganova rejoint le poète Léonide Aranson, prématurément disparu, dans son poème « Осеннее шоссе ~ Ossénié chaussée ~ Grand' route automnale » qu'il écrivit en 1961.

~~~~~~~~~~~~

Осеннее шоссе ~ Grand' route automnale
Paroles : Léonide Aranson / Musique : Piotr Malokhovski

Des églises blanches au-dessus de la patrie, là où je suis seule.
Quelque part le fleuve, tel le cafard, enserrant l’isthme.
Des oiseaux noirs volent au-dessus de moi, pareilles à  des cibles.
Dépassant les arbres, des chevaux galopent indéfiniment.

Voici la grand’ route, l'odeur  légère de l’automne enfumé.
L'été s’est consumé, quelques derniers nids sont restés.

Octobre déchiqueté et, en coup de vent, passent les futaies.
Voilà le fleuve, tel le cafard ; au-delà, qu’en est-il resté ?


Je survolerai, lançant un crie, pareil à un oiseau automnal.
Tout ce qui arrivera, excepté la mort, de ma foi, je l’accepterai,

À côté du vent, telle la rivière longeant  la feuillée.
Prés de l'amour et pas si loin de la capitale.

Voilà les arbres, de nuit, dans la forêt, ne sont-ils pas effrayés ?
Les phares jaunes blessent les feux et derrière eux

Des ombres courent, se précipitant dans les futaies.
L'asphalte mouillé se reflète dans la peau de ceux, aimés.

Des églises blanches et nos éternels amusements,
Tout reste, est resté et,  leurs encolures comme allongés,

Des chevaux galopent et nagent, dans les herbes, s'enfonçant,
De noirs oiseaux, vont et viennent au-dessus de leur reflet.

Tout reste. Aussi, bonjour ma tardiveté !
Je ne trouverai pas, je perdrai, mais quelque chose se sera passé.

Après moi, dans ce monde, pour quelqu’un est resté,
Tel l'oiseau abattu par un coup de feu, l'automne déchiqueté.

Je survolerai, lançant un crie pareil à un oiseau automnal.
Tout ce qui arrivera, excepté ma mort, de ma foi, je l’accepterai,

À côté du vent, telle la rivière longeant  la feuillée.
Prés de l'amour et pas si loin de la capitale.

Tout reste. Aussi, bonjour ma tardiveté !
Je ne trouverai pas, je perdrai, mais quelque chose se sera passé.

Après moi, dans ce monde, pour quelqu’un,  est resté,
Tel l'oiseau abattu par un coup de feu, l'automne déchiqueté.

Traduction : Sarah P. Struve.

Repost 0
Published by Sarah. P. Struve - Струве Сара Петр - dans Svetlana Sourganova ~ Светлана Сурганова
commenter cet article
23 octobre 2010 6 23 /10 /octobre /2010 13:19

sourganova-copier.jpgSvetlana Surganova (prononcer "Sourganova") est née à Leningrad le 14 novembre 1968. Elle fut élevée par Lïa Surganova, sa mère adoptive. Svetlana a étudié le violon dans une école musicale avant d’entreprendre des études de médecine avec comme spatialité la pédiatrie. Surganova a commencé à écrire de la poésie à l’âge de 14 ans. En classe de 9° soit l’équivalent de la 3° en France, Svetlana crée son premier groupe « Kamerton ». Son second groupe « Liga » elle le crée durant ses études de médecine.

Après sa rencontre avec Diana Arbenina en août 1993, elle crée avec elle le groupe «Ночные Снайперы –notchnye snaïpery – Les snipers nocturnes »

En 2002 elle se sépare du groupe. En 2003, elle enregistre, avec le groupe " Сплин - Spleen"  l’album «Новые люди- Novyé lioudi – Nouvelles personnes». En avril de la même année, Surganova crée un nouveau groupe « Сургунова и оркестр - Surganova i orkestr » :
La chanson « Anguel - L’ange » est issue d’un album  single du groupe, parue en 2004 « 
Корабли - Karabli – Les navires » puis reprise en 2005 dans l’album « Возлюбленная Шопена –Vozliublinaia Chopena – La bien-aimée de Chopin »

korabli.jpg Ангел / L'ange

Светлана Сурганова / Svétlana Sourganova

Au matin, est venu, chez moi, un ange argenté.
Il était malade,
en un délire brulant, il se débâtait.
M’appelant en enfer à moins que cela ne soit au paradis,
Il n’arrêtait pas de me dire : « Choisi ! »

En une envolée vers moi, ses ailes, il avait brûlé
Enterrant son âme dans de la sandre sacrée,
Pour un refus, il prenait
L’indifférence de regards croisés

Lors de nos rencontres, il était gentil, pleurant,
Il voulait me prendre et de sa chaleur, m’envelopper.
Je ne lui ai pas ouvert ma porte figée,
Je lui ai dit : « pas maintenant !
 

Il disait après, qu’il vieillissait vite,
Il devint noir, oubliant qu’un jour il fut blanc,
Que de la maison où vivait mon ange, est sorti
Hier, un diable ensauvagé et boitant.

Il disparut dans l’obscurité, mais la rumeur affirmait,
Que de par la terre, deux blanches ailes, il traînait
Et qu’avant de disparaitre dans la nuit,
Il s’était retourné et avait ri.

Traduction: Sarah P. Struve

Repost 0

Présentation

  • : STENGAZETA - ПАРИЖСКАЯ СТЕНГАЗЕТА
  • STENGAZETA - ПАРИЖСКАЯ СТЕНГАЗЕТА
  • : Le mot « Stengazeta » est un acronyme voulant dire « journal mural ». Stengazeta de Paris publie des traductions de chansons russes contemporaines et/ou populaires, ainsi que des articles d'opinions. Il m’a semblé utile, de faire percevoir à travers ce blog, la Russie et ses cultures, hors du prisme propagandiste et réducteur que véhiculent les pouvoirs politiques, économiques & médiatiques occidentaux. S. P Struve
  • Contact

Ruski tchas

 

Recherche

Catégories